La santé communautaire dans la politique de la ville : genèse et récits d'expérience

par Béatrice Deries

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jacques Ion.

Soutenue en 2008

à Lyon2 .


  • Résumé

    Cette thèse s'intéresse à un domaine émergent d'activités qui s'est constitué dans le dernier quart du XXe siècle, aux confins du sanitaire et du social dans les espaces urbains périphériques marqués par les processus de précarisation. Cet ensemble flou, légitimé dans le cadre institutionnel de la politique de la ville, est révélateur d'un resurgissement de la santé dans l'urbain en même temps que d'un retour du communautaire dans le travail du social "par la fenêtre" de la santé. La recherche s'attelle à sa reconstitution généalogique en en faisant une histoire de la pensée sociologique sur le social urbain et la santé publique tout autant qu'une genèse des dispositifs. Les trajectoires personnelles sont retenues comme un matériau privilégié pour étudier les processus de resémantisation et de reproblématisation ainsi que les reconfigurations de l'intervention localisée. Trois sortes de récits sont recueillis et mis en perspective : récits d'expérience, indissociablement biographique et collective ; récits publicisés, parmi lesquels les productions intellectuelles des acteurs interrogés ; récit "arrêté" issu d'observations ethnographiques de quelques scènes de santé communautaire. Le travail de recherche consiste à déconstruire un objet empirique donné a priori comme professionnel et enserré dans un nouveau discours de l'action publique pour le réinscrire dans une compréhension sociologique des manières de dire et de faire le social ; des manières de "faire communauté", à travers la santé, dans une société d'individus dont la citoyenneté est inaccomplie. Il démontre ce faisant que les engagements biographiques en sont une composante significative et indispensable.

  • Titre traduit

    The health community in the city's policy : genesis and background tellings


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The first concern of this thesis is a look on an emerging area of activities who built up from the last quarter of the twentieth century, at the boundaries of the social and sanitary themes in the peripheral urban spaces marked by the cazualisation process. This blur ensemble, legitimated by the institutional frame of the city's policy, reveal a reappering of the health topic in the urban context in the same time of a come back of the community in the work of the social "par la fenêtre" of health theme. The research takled to the genealogical reenactment making this theme a story of the sociologic thought on urban social and public health as well as a device's genesis. The personnal histories has been recorded as a privileged element to study the resemantic and reproblematic process along with the reconfigurations of the localised intervention. Three kinds of narrations are collected and put into perspective : tellings of experience, inseperably biographical and collective ; publicized tellings, among which the intellectual productions of the interrogated actors ; "stopped" tellings coming from ethnographic sightings of a few community health scenes. The research chore has to unconstruct a empiric objet a priori given as professionnal and surrounded in a new address of the public action to rewrite it in a sociologic grasp of the ways to talk and to make social work ; the ways to "make community" through health in a society of persons whose citizenship is unaccomplished. By the way, it shows that biographical commitments are part of a significant and indispensable constituent.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (480 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 460-474

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.