Résistance de Plasmodium falciparum : génotypage et recherche de nouveaux antipaludiques

par Nader Kherbek

Thèse de doctorat en Parasitologie

Sous la direction de Stéphane Picot.

Soutenue en 2008

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Le premier objectif était de comparer deux méthodes de génotypage pour détecter les mutations pfcrt K76T et pfmdr1 N86Y, marqueurs moléculaires de la résistance de P. Falciparum à la chloroquine. Il s’agit d’une méthode fréquemment utilisée sur le terrain, la PCR-RFLP (Restriction Fragment Length Polymorphism) et une méthode prometteuse, la PCR-FRET (Fluorescence Resonance Energy Transfer). Nous avons montré la comparabilité de ces deux méthodes et la portabilité de leurs résultats en utilisant des données recueillies au cours d’une étude in vivo de l’efficacité de la CQ au Mali. Le deuxième objectif était de développer une méthode moléculaire basée sur la PCR en temps réel afin de génotyper le parasite pour les gènes msp1, msp2 et glurp, marqueurs de la diversité génétique de P. Falciparum. En termes de température de fusion, nous avons mis en évidence des variations alléliques pour quatre clones de références et de sang des patients impaludés. Basé sur cette méthode, nous avons proposé un model pour distinguer entre les parasites recrudescents et les nouvelles infections dans les études in vivo de l’efficacité des antipaludiques. Le troisième objectif était de mettre en évidence in vitro l’activité antiplasmodiale des nouvelles molécules synthétiques dérivées de la quinoléine en utilisant la méthode de SYBR Green I. Nous avons déterminé leurs Concentrations Inhibitrice (CI50) pour deux clones de référence de P. Falciparum et mettre en évidence leurs relations activité-structure. Ce travail apporte de nouveaux éléments pour la surveillance de la résistance du paludisme à P. Falciparum et propose de nouvelles molécules antipaludiques pour la lutte contre le paludisme

  • Titre traduit

    Resistance of Plasmodium falciparum : gentyping and research for new antimalarial


  • Résumé

    The first objective of this work was to compare two genotyping methods to detect pfcrt K76T and pfmdr1 N86Y mutations associated with P. Falciparum resistance to chloroquine. The first method (PCR-RFLP) is frequently used in the field and the second (PCR-FRET) is a promising method. We showed the comparability of these two methods as well as the portability of their results, using data collected during a CQ efficacy study in vivo conducted in Mali. The second objective was to develop a real-time PCR-based method to genotype the parasite for msp1, msp2 and glurp genes, markers of the genetic diversity of P. Falciparum. In term of melting temperature, allelic polymorphism variations were characterized for four reference clones of P. Falciparum and blood samples from patients with P. Falciparum malaria. We proposed a model to distinguish the recrudescent parasites from new infections in in vivo therapeutic efficacy studies. The third objective was to evaluate in vitro the antiplasmodial activity of new synthetic molecules derived from the quinoline using the SYBR Green I-based method. We determined their Inhibitory Concentrations (IC50) against two reference clones of P. Falciparum and highlighted their structure-activity relationship. This work brings new elements for monitoring of antimalarial resistance and proposes new molecules to fight against malaria

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (159 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 134-159

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2008/84
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.