Étude génétique des lentivirus des petits ruminants (SRLV) infectant naturellement les bouquetins dans les Alpes française

par Esadk Ali Erhouma

Thèse de doctorat en Virologie moléculaire

Sous la direction de Théodore Alogninouwa.

Soutenue en 2008

à Lyon 1 .


  • Résumé

    Les lentivirus des petits ruminants déterminant des infections persistantes chez les moutons et les chèvres domestiques dans le monde entier. Ces virus et d’autres lentivirus comme le virus de l’immunodéficience féline et le virus de l’immunodéficience simienne montrent une tendance à l’infection inter-espèces. Des passages de lentivirus entre le mouton et la chèvre ont été démontrés, cependant des infections par virus apparentés n’ont jusqu’alors pas été décrites chez les petits ruminants sauvages. Dans le but d’évaluer le risque de contamination des petits ruminants sauvages par les SRLV, nous avons étudié l’infection par ces virus chez des bouquetins en interaction avec des troupeaux locaux de chèvres dans les Alpes françaises et chez des hybrides chèvre-bouquetin. Les séquences du gène gag des virus infectant deux bouquetins, les hybrides et une chèvre d’un troupeau local forment un seul groupe cohérent montrant des différences de nucléotides de seulement 1 à 2 %, plus proche du type CAEV que du groupe MVV. Les séquences LTR confirment l’appartenance de ces virus au groupe CAEV, mais, contrairement aux séquences gag, les séquences LTR des bouquetins et des hybrides forment un groupe séparé de celui constitué par les séquences des chèvres du troupeau local et du prototype CAEV-Co. Les similitudes entre les séquences gag des bouquetins, des hybrides et d’une chèvre d’un troupeau sur le même site suggère le passage du virus entre animaux domestiques et sauvages comme cela a été déjà décrit entre chèvres moutons. De plus, des similitudes ont été montrées entre les séquences gag et LTR de deux bouquetins mâles d’un site avec celles d’un bouquetin femelle d’un site distant et l’étude temporelle des séquences gag chez les hybrides ont montré leur évolution du type chèvre vers le type bouquetin. L’ensemble de nos données montrent la première évidence de l’infection des bouquetins par les SRLV et suggère que ces virus pourraient constituer une population distincte circulant chez certains de ces ongulés sauvages


  • Résumé

    The small ruminant lentiviruses (SRLV) cause persistent infections in domestic sheep and goats worldwide. These viruses and other lentiviruses such as feline immunodeficiency and simian immunodeficiency show propensity for cross-species infection. Lentivirus passages between sheep and goats were demonstrated, however no related viruses have yet been described as indigenous in populations of wild small ruminants. In order to evaluate the risk of contamination of wild small ruminants by SRLV, we studied natural infection of wild ibexes interacting with local goat herds in French Alpes and of goat/ Ibex hybrids. The sequences of the gag gene from two positive ibexes, the hybrids and one of the local goats clustered into a coherent group with only 1 – 2% nucleotide difference, close to CAEV but more distant from MVV. LTR sequences confirm that the viruses studied belong to the CAEV grouped, but, unlike the gag sequences, the LTR sequences of the hybrids and ibexes group in a distinct branch, separate from the local caprine sequences and CAEV-Co. Similarities between the gag sequences from ibexes and hybrids and the sequences from one goat from the same site, suggest viral transfer between the domestic and the wild species has been previously described between goats and sheep. Futhermore, similarities were shown between ibex gag and LTR sequences from the two males from a site and those from a female from an other distant site and temporal study of the gag sequences from hybrids showed evolution from goat-like sequences towards ibex-like sequences. Together, our data show the first evidence of the presence of SRLV in ibexes and suggest that these viruses could constitute a distinct population circulating in some of these wild ungulates

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (178 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 105-127

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2008/20bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.