Physiopathologie de l’infection à Legionella pneumophila dans un modèle expérimental murin

par Florence Ader

Thèse de doctorat en Écologie microbienne

Sous la direction de Christian Chidiac.

Soutenue en 2008

à Lyon 1 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Dans le but d’étudier la physiopathologie de l’infection à Legionella pneumophila, nous avons exploré l’interaction hôte-pathogène in vitro sur des cultures de pneumocytes humains et in vivo dans un modèle expérimental de souris A/J sous deux aspects : l’étude de la lésion de la barrière alvéolo-capillaire et l’étude de la réponse inflammatoire pulmonaire. Ces approches ont été appliquées à trois phases expérimentales : i) l’étude des mécanismes impliqués dans l’adhérence de L. Pneumophila à l’épithélium respiratoire ; ii) l’étude du rôle d’un facteur de virulence : le système de sécrétion de type IV (système Dot/Icm) ; iii) la caractérisation de la réponse épithéliale innée. Les principales conclusions issues des présents travaux sont : -in vitro, l’ion divalent zinc est un co-facteur important de l’adhérence de L. Pneumophila aux pneumocytes de type II alvéolaires via une adhésine bactérienne protéique. -In vivo, le polysacharide sulfaté héparine administré par voie intratrachéale exerce un effet protecteur vis-à-vis du développement d’une infection à L. Pneumophila suggérant un mécanisme d’adhérence médié par une adhésine bactérienne se fixant aux chaînes d’héparane sulfate des glycosaminoglycanes sulfatés de la surface épithéliale. -In vivo, le système Dot/Icm de L. Pneumophila des souches du sérogroupe 1 Lens et Paris est un facteur de virulence important pour la constitution de l’agression pulmonaire. Son expression est significativement associée aux modifications de perméabilité de la membrane alvéolo-capillaire, à la multiplication bactérienne intra-pulmonaire et à la dissémination systémique. In vivo, à 4 et 48 heures après l’infection par L. Pneumophila, on mesure une expression constitutive, stable du gène de la -défensine mBD-1 et une expression croissante du gène de la -défensine mBD-3 confirmant son caractère inductible attestant d’une réactivité épithéliale vis-à-vis du pathogène. Par ailleurs, nous avons observé une absence d’expression du gène de la chémokine ccl20, médiateur clef pour le recrutement des cellules dendritiques au début de l’infection

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (206 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 167-194

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T50/210/2008/47bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.