Apports diagnostiques au cours de la trypanosomose humaine africaine

par Lynda Pervieux

Thèse de doctorat en Biologie - Sciences - Santé. Médecine. Parasitologie

Sous la direction de Bernard Bouteille et de Lucia Mendonça Previato.


  • Résumé

    La trypanosomose humaine africaine (THA), ou maladie du sommeil est une parasitose due à des trypanosomes du groupe Trypanosoma brucei (T. B. ). Ces parasites sont transmis par piqûre d’une mouche du genre Glossina, la mouche tsé-tsé. La THA pose un réel problème de santé publique en Afrique noire et Subsaharienne. Deux stades sont classiquement décrits dans l'évolution de la maladie, le stade lymphatico-sanguin et le stade nerveux. Le diagnostic et la détermination du stade, dont dépend le traitement, restent difficiles. En effet, les critères couramment utilisés sont peu sensibles ou peu spécifiques et nécessitent une ponction lombaire avec prélèvement de liquide céphalo-rachidien (LCR). C’est pourquoi notre travail de thèse avait pour objectif la recherche de nouvelles approches diagnostiques permettant de déterminer le stade de la THA. Pour cela, nous avons étudié diverses sous-populations de lymphocytes T et B, et les cytokines/chémokines les régulant. Nous avons d’abord caractérisé les lymphocytes T régulateurs CD4+CD25+Foxp3+ (nTregs), chez des souris infectées par T. B. Brucei. L’augmentation des nTreg dans le thymus jusqu’à 120 jours d’infection puis leur diminution à 240 jours, peuvent être dues à un mécanisme de blocage de maturation dans le thymus ou à un blocage de leur sortie en dehors du thymus. Inversement, dans les ganglions mésentériques, nous avons trouvé une constante diminution des nTregs au cours de l’infection. Ces résultats suggèrent que la variation de leur nombre est due à l’évolution de l’infection, mais est aussi âge-dépendante. Notre travail a ensuite permis de préciser le type de cellules lymphocytaires impliquées dans le sang et dans le LCR de patients atteints de THA. Dans le sang, tous stades confondus, la proportion de lymphocytes B (CD19) augmente alors que celle des lymphocytes T diminue confirmant le caractère immunosuppressif de la maladie. Dans le LCR, l’augmentation des cellules B CD19 chez les patients en stade 2, pourrait constituer un nouveau critère du stade nerveux. D’autre part nous avons cherché à comprendre quels étaient les mécanismes d’attraction des lymphocytes dans le système nerveux central par le dosage dans le sérum et le LCR de différentes cytokines/chémokines. Dans le sérum, les taux de cytokines/chémokines étaient uniquement associés à la présence du trypanosome dans le LCR. Dans le LCR, leur expression était associée avec la présence de signes neurologiques, démontrant leur intérêt pour le diagnostic du stade nerveux. Enfin, nous avons montré que T. B. Gambiense peut activer l’expression de CXCL-13 dans les lignées cellulaires microgliales et endothéliales, suggérant un rôle direct des trypanosomes dans le processus de régulation. Nos travaux sur les cellules lymphocytaires et les cytokines/chémokines impliquées montrent la nécessité de leur évaluation en tant que marqueurs de stade par des études multicentriques de terrain.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Human African trypanosomiasis (HAT), or sleeping sickness is a parasitic disease due to trypanosomes of the Trypanosoma brucei (T. B. ) group. These parasites are transmitted by the bite of a tse-tse fly. HAT represents a real public health problem in Africa and sub-Saharan Africa. Two stages are classically described in disease progression, the heamo-lymphatic stage and the nervous stage. Diagnosis and stage determination, which are crucial to determine treatment, remain difficult. Frequently used criteria are not very sensitive or very specific and require a lumbar puncture to obtain a sample of cerebrospinal fluid (CSF). The objective of our PhD was to identify new approaches diagnostic to determine disease stage. For that, we studied various subpopulations of T and B lymphocytes, and the cytokines/chemokines controlling them. We initially characterized the regulatory T cells CD4+CD25+Foxp3+ (nTregs), in Trypanosoma brucei-infected mice. NTregs increased in the thymus until 120 days post infection and decreased at 240 days. This may be due to a mechanism blocking nTreg maturation in the thymus, or their exit from the thymus. In contrast, in mesenteric lymph nodes, a nTregs constantly decreased was found during infection. These results suggest that the variation in their number was due to the progression of the infection, but was also age-dependent. Our study identified the lymphocytes present in the blood and CSF of HAT infected patients. In blood, regardless of the HAT stage, the proportion of B cells (CD19) increased whereas the number of T cells decreased, thus confirming the immunosuppressive character of the disease. In the CSF, the increased number of CD19 cells observed for stage 2 patients could constitute a new criterion of the nervous stage. Furthermore, we tried to understand by which mechanisms lymphocytes were attracted into the central nervous system by measurement of different cytokines/chemokines levels in serum and CSF. In serum, cytokines/chemokines levels were only associated with the presence of trypanosomes in CSF. In CSF, their expression was associated with the presence of neurological signs, suggesting a possible use for diagnosis of the nervous stage. Finally, we showed that T. B. Gambiense activated CXCL-13 expression in microglial and endothelial cell lines, suggesting a direct role of trypanosomes in regulation. Our studies on lymphocytes and cytokines/chemokines implicated highlights the necessity of their evaluation as stage markers by multicentric studies in the field.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (263 f..)
  • Annexes : Bibliogr. p. 222-254

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Santé). Service Commun de la Documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2008M310D
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.