Morphologie intégrée de l'hypothalamus humain : application à la régulation de la fonction de reproduction

par Marc Baroncini

Thèse de doctorat en Médecine. Anatomie

Sous la direction de Jean-Paul Francke.

Soutenue en 2008

à Lille 2 .


  • Résumé

    L'hypothalamus correspond à l'ensemble des noyaux gris diencéphaliques situés dans la paroi latérale du troisième ventricule. C'est une zone de petite taille représentant moins de 1 % du volume du cerveau, ce qui contraste avec ses fonctions extrêmement importantes dans le maintien de l'homéostasie. Cette région, du fait de son volume restreint, a pour le moment été peu étudiée en IRM. Les progrès techniques de l'imagerie médicale permettant actuellement une étude précise des différentes structures grises et blanches de l'hypothalamus, nous nous sommes tout d'abord attaché à les étudier sur 20 volontaires sains (IRM 1. 5 tesla, séquences T1 3D, T1 inversion récupération, T2 turbo spin echo, T2 fast field echo) et à corréler ces résultats à une série de coupes anatomiques et histologiques (Hoechst et Sudan Black B) dans le plan coronal. Certains noyaux hypothalamiques (noyau para-ventriculaire, noyau ventro-médial, noyau infundibulaire) sont ainsi particulièrement bien identifiables, de même que certains faisceaux blancs comme la commissure antérieure ou le fornix pour lequel les séquences T2 sont particulièrement intéressantes. Nous avons ensuite cherché à étudier si les interactions neuro-gliales, bien connues chez le rongeur, pouvaient participer à la régulation de la fonction de reproduction de l'hypothalamus. Une étude en immunohistochimie a été réalisée sur 5 hypothalamus féminins, mettant en évidence une proximité étroite entre les corps des neurones à GnRH (gonadotrophin releasing hormone, la neurohormone contrôlant la maturation sexuelle et la fonction de reproduction), situés principalement dans la partie médio-basale de l'hypothalamus humain (noyau arqué ou infundibulaire), et quelques cellules gliales de type astrocytaire, immunopositives à la fois pour la GFAP et pour la vimentine. Les prolongements axonaux des neurones à GnRH sont par contre accompagnés jusqu'aux capillaires de la partie externe de l'éminence médiane par d'autres types cellulaires, glio-épendymaires, positifs pour la vimentine et la nestine et correspondant à des tanycytes. Une étude ultrastructurale a confirmé la proximité de nombreuses cellules gliales avec les corps des neurones à GnRH, ainsi que l'accompagnement des axones à GnRH vers l'éminence médiane par des cellules gliales. Les terminaisons axonales à GnRH ont été également parfois visualisées à proximité des capillaires fenestrés infundibulaires ou d'évaginations de la lame basale délimitant l'espace péricapillaire. Cette proximité morphologique étroite, similaire à celle retrouvée chez le rongeur, invite à donner une place importante aux interactions neuro-gliales dans le contrôle de l'hypothalamus humain. Enfin, une étude fonctionnelle en IRM a été réalisée (diffusion et spectroMR) sur vingt sujets volontaires sains. Les 10 sujets féminins ont eu 2 IRM : la première un à deux jours avant le début du traitement contraceptif oral qu'elle prenaient habituellement (oestroprogestatifs minidosés), où l'hypothalamus est normalement fonctionnel, la seconde à J12 ou J13 du début du traitement contraceptif (fonction de reproduction de l'hypothalamus inhibée). Il existe une différence statistiquement significative entre les rapports des coefficients de diffusion apparent (CDA) de l'hypothalamus medio-basal rapporté au CDA du LCS (p=0,015) entre les examens faites chez les femmes avant et pendant la prise du traitement contraceptif. Le spectre du proton permet également de mettre en évidence une différence significative entre le rapport Choline / N Acétyl Aspartate dans le groupe des femmes (p=0,046). Ces résultats permettent de mettre en évidence des modifications métaboliques in vivo dans l'hypothalamus medio-basal au cours d'un cycle ovarien artificiel


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (158 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 145-158

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université du droit et de la santé. Service Commun de la Documentation. BU Santé - Learning center.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50.379-2008-50-C
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.