Vulnérabilité à l'éthanol chez le rat adolescent et adulte

par Vincent Van Waes

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé. Neurosciences

Sous la direction de Muriel Darnaudéry et de Michel Lhermitte.

Soutenue le 04-02-2008

à Lille 1 , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé (Lille) .


  • Résumé

    Le stress prenatal augmente la vulnerabilIte a certames substances d abus chez le rat. L objectif de cette thèse était de déterminer si un stress subit in utero pouvait moduler durablement la vulnérabilité à l'éthanol. Deux aspects de Ia vulnérabilité ont été explorés: 1) la sensibilité aux effets produits par une administration d'éthanol: 2) la propension à consommer cette substance. Comparés aux témoins, les animaux adolescents stressés étaient moins sensibles aux effets d'une injection d'éthanol au niveau hormonal (activation de l'axe c0l1icotrope) et neurobiologique (activation des défenses anti¬oxydantes dans l'hippocampe). Une alcoolisation chronique avait un effet délétère sur la mémoire des rats témoins. mais de façon surprenante améliorait les performances mnésiques des stressés. Ces effets pourraient être sous-tendus par les modulations opposées des récepteurs mGlu observées dans l'hippocampe après l'alcoolisation. Chez des animaux mâles isolés (1 rat par cage), le stress prénatal n'altérait pas la préférence pour l'éthanol Cependant. un traitement chronique à l'éthanol augmentait spécifiquement chez les animaux stressés les quantités de [Delta]FosB (un facteur de transcription impliqué dans la vulnérabilité à la consommation de drogues) dans le noyau accumbens. Chez des femelles adolescentes, les conditions d'élevage (rats isolés ou par paires) modulaient différemment la consommation d'alcool des stressées et témoins. Ces données indiquent que le stress prénatal modifie durablement la vulnérabilité à l'éthanol chez le rat et soulignent l'importance de prendre en compte l'histoire de l'individu. même très précoce. pour appréhender la genèse des conduites addictives.

  • Titre traduit

    Impact du stress prénatal


  • Résumé

    In rats, exposure to prenatal stress leads to a greater vulnerabiliy to several drugs of abuse (i.e. psychostimulants and opiates). The aim of the present work was to examine the impact of a prenatal stress (restraint stress of the pregnant dam) on ethanol vulnerability in adolescent and adult rats. Two distinct aspects of the vulnerability were evaluated : 1) the individual differences in the ethanol sensitivity: 2) the spontaneous consumption of ethanol Prenatally stressed rats were less sensitive than control rats to the effects of an ethanol injection during adolescence at the hormonal (HPA. axis activation) and neural (antioxidant defences in the hippocampus) levels. A chronic ethanol treatment induces memory impairments in control rats, whereas it has a beneficial effect on memory in rat subjected to a prenatal stress. These opposite effects could be mediated by the differential modulation of metabotropic glutamate receptors' levels in the hippocampus reported after the ethanol exposure. Prenatal stress has no impact on ethanol preference in isolated male rats. However. a chronic êlhanol treatment increased selectively the [Delta]FosB levels. a transcription factor involved in the vulnerability to drugs consumption, in the nucleus accumbens of prenatally stressed rats. Finally, we observed in female rats interplay between prenatal stress and rearing conditions on the ethanol consumption. Together, these data indicate that prenatal stress, in interaction with other experimental factors, can affect the ethanol sensitivity and consumption. They stress the importance to consider early life events in the study of the addictive behaviour genesis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.