Réponse démographique des populations longévives aux changements climatiques : importance de la variabilité spatio-temporelle et de l'hétérogénéité individuelle

par Marie Nevoux

Thèse de doctorat en Écologie

Sous la direction de Henri Weimerskirch.

Soutenue en 2008

à La Rochelle .

  • Titre traduit

    Demographic response of long-lived populations to climatic changes : the importance of spatio-temporal variability and individual heterogeneity


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse est d’étudier l’impact de la variabilité environnementale sur des populations longévives et d’estimer le rôle de la variabilité spatio-temporelle ainsi que de l’hétérogénéité individuelle dans la réponse de ces populations aux variations de leur environnement. Cette étude s’articule autour de l’analyse démographique de trois populations longévives et migratrices : une population de Cigognes blanches (Ciconia ciconia) et deux populations d’Albatros à sourcils noirs (Thalassarche melanophris). Les fluctuations des conditions climatiques sont utilisées comme des indices de la variabilité environnementale subie par les populations. L’analyse commune de ces populations vivant dans des environnements différents a permit de dégager des patrons généraux capables d’expliquer l’impact de la variabilité environnementale sur ces populations longévives. La réponse démographique des populations aux fluctuations des indices climatiques semble fortement reliée à la stratégie des traits d’histoire de vie de ces populations. Cela se traduit par une relation négative entre l’intensité de l’impact du climat et la contribution des différents traits d’histoire de vie au taux de croissance des populations, à travers notamment une canalisation marquée de la survie. Cependant, si cette relation peut faire croire à une réponse simple et unique de tous les individus à un indice climatique donné, l’analyse plus fine des principaux paramètres démographiques met en évidence un système plus complexe de réponses diversement contrastées. En effet, les conditions saisonnières liées à la variabilité spatio-temporelle de l’environnement auquel sont soumises ces populations migratrices ont des effets distincts sur la démographie de ces populations. Par ailleurs, les individus ne sont pas tous identiques au sein d’une population. Cette étude souligne l’importance de prendre en compte l’hétérogénéité entre les individus (liée à l’âge, à l’expérience de reproduction) dans la réponse des populations aux fluctuations des conditions climatiques pour en comprendre la dynamique. Enfin, en lien avec le contexte actuel d’un réchauffement climatique prononcé à l’échelle de la planète, plusieurs éléments semblent s’accorder sur le fait que les conditions environnementales prédites pour les années à venir ne devraient pas entraîner de déclin de la dynamique des populations d’Albatros à sourcils noirs de Kerguelen et de Cigogne blanche étudiées. Cependant, l’intérêt de ce type de prédictions est actuellement limité par la difficulté de projeter la réponse d’une population dans des gammes de conditions nouvelles.


  • Résumé

    The main goal of this PhD was to study the impact of environmental variability on the demography of long-lived species. We focused on the influence of spatio-temporal variability as well as on the importance of individual quality in the response of populations to environmental changes. This study was based on the demographic analysis of two long-lived and migrant species: one population of white stork (Ciconia ciconia) and two black-browed albatross populations (Thalassarche melanophris), using climatic indices as indicators of the environmental variability faced by individuals. The parallel analysis of these populations revealed some general patterns linking the demographic response to climate to the life history strategy. Indeed, we obtained negative relationships between the impact of climate on a trait and its contribution to the population growth rate, illustrated in these long-lived species by a pronounced canalization of adult survival. However, whether this relation might presuppose a unique response of all individuals to any given climatic parameters, a detailed analysis highlighted a more complex situation supporting contrasted responses. Seasonal conditions, related to the spatio-temporal variability of the environmental conditions faced by these migrant populations, had distinct impacts on populations’ demography. In addition, individuals in a population are not clones. By considering some individual heterogeneity (age, breeding experience), we demonstrated the necessity to consider inter-individual differences in the demographic response of populations to environmental variability, in order to better understand their dynamics. Finally, under the actual context of global changes, climatic forecasts might not support short-term decline of the studied populations. However, the relevance of such a prediction is presently limited by the difficulty to model the response of populations to a new range of climatic conditions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (190 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 71-85

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de La Rochelle. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.