L' allégorie amoureuse dans la poésie liturgique hébraïque de l'âge d'or espagnol : application à la poésie liturgique de Moïse Ibn Ezra et Juda Halevi

par Eric Dahan

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation hébraïques

Sous la direction de Masha Itzhaki.

Soutenue en 2008

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    L'allégorie amoureuse désigne dans la littérature hébraïque la représentation des relations entre Dieu et Israël sous la forme d'une relation amoureuse, Dieu représentant le partenaire masculin et Israël la figure féminine. Son origine se situe dans la Bible, précisément dans le Cantique des cantiques et certains chapitres des Prophètes. Lors de l'Age d'Or andalou, cette figure connait un développement extraordinaire dans la poésie liturgique hébraïque par le nombre de poèmes concernés, l'incorporation d'éléments issus de la poésie profane d'amour, l'apparition de nouveaux schémas allégoriques concernant en particulier la destinée de l'âme. L'objectif de la thèse est d'en préciser les raisons à travers une analyse systématique du corpus liturgique de deux des grands maîtres de l'époque : Moïse Ibn Ezra (1055-1138) et Juda Halévi (1075-1141). On a en particulier cherché à évalué l'influence de la poésie d'amour profane, celle du soufisme, le rôle de la personnalité des poètes, de la poésie néoplatonicienne, la force de la tradition antérieure liée à l'allégorie amoureuse. Selon cette dernière la métaphore amoureuse fournit une explication littéraire aux échecs du peuple en termes de vicissitudes d'une relation d'amour. Nous montrons que le recours à l'allégorie révèle des intentions différentes. Chez Juda Halévi, l'allégorie semble avant tout une réponse littéraire à la problématique nationale, alors que chez Moïse Ibn Ezra il s'inscrit dans l'intérêt du poète pour la poésie profane. Chez les deux poètes, l'allégorie sur l'âme est liée à une réinterprétation du Cantique des cantiques dans un sens néoplatonicien constituant un sens "caché" de ce texte.

  • Titre traduit

    ˜The œAllegory of love in the hebrew liturgical poetry of the golden age according to the liturgical poetry of moses Ibn Ezra and Juda Halevi


  • Résumé

    The Jewish allegory of love indicates the representation of the relations between God and Israël as a love relation, God representing the male partner and Israël it feminine. Its origin takes place within the Bible, in the Song of Songs and some chapters of the Prophets. In Andalusia, however the theme of the allegory of love adresses an important number of poetic works and has been renewed by using elements stemming from the profane poetry of love and by the appearance of new allegorical plans concerning in particular the fate of the human soul. The aim of the thesis is to clarify the reasons of this development, through a systematic analysis of the liturgical corpus of two of the great masters of andalusian poetry : Moses Ibn Ezra (1055-1138) and Juda Halévi (1075-1141). We have tried in particular to assess the influence of the profane love poetry, the influence of the Sufism, the role of poets'character, the impact of the interest for neoplatonic philosophy and the strength of the previous tradition related to the allegory of love. According to this last one, the failures of Israël are explained in terms of vicissitudes of love relation. We point out that the use of allegory shows actualy up various meanings. According to Juda Halévi, the allegory seems above all a literary answer to the national problem while for Moses Ibn Ezra it is related to the interest of this poet carries for profane poetry. According to both poets, the allegoory on the human soul is connected with a new interpretation of the Song of Songs according to Neo-Platonism, constituting a "hidden" meaning of this text.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(561-ILVIII f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 546-561

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.577
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.577
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.