La politique française à l'égard d'israël, 1946-1959

par Frédérique Schillo

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Maurice Vaïsse.

Soutenue en 2008

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Cette thèse analyse la construction de la politique française à l’égard d’Israël de l’installation des sionistes à Paris en 1946 à la création de l’Etat hébreu en 1948, puis sa transformation en une alliance militaire jusqu’à l’avènement de la Ve République. Etudiant les relations bilatérales dans une perspective globale, elle s’intéresse aux représentations, souligne le contraste entre une opinion ouverte à Israël et la diplomatie qui l’exclut de sa géostratégie au Levant, met en lumière le poids des décideurs dans le rapprochement militaire et s’interroge sur Israël comme allié occasionnel. La France adopte sur la question de Palestine une attitude de neutralité intenable en raison du consensus américano-soviétique. Après la création de l’Etat d’Israël, elle doit composer avec des intérêts nationaux qui dessinent une triple identité : Fille aînée de l’Eglise, Puissance méditerranéenne, humaniste et résistante. La réconciliation est imposée de l’extérieur : la France reconnaît Israël de facto le 24 janvier 1949 pour s’aligner sur Washington, puis de jure le 20 mai après que les armistices israélo-arabes lui aient permis de reprendre pied au Levant. La coopération militaire se renforce dans la lutte contre Nasser, soupçonné d’alimenter la rébellion algérienne. Deux phénomènes s’accélèrent sous le gouvernement Mollet : la diplomatie du secret et la diplomatie en uniforme. Paris parraine une guerre israélienne contre l’Egypte puis en fait le prétexte au déclenchement de l’opération franco-britannique. Après la guerre de Suez, un mouvement d’amitié emporte les deux peuples. Mais à son retour, de Gaulle renoue avec la stratégie levantine et normalise les relations avec Israël.

  • Titre traduit

    French policy towards Israel, 1946-1959


  • Résumé

    This thesis analyzes the elaboration of French policy towards Israel, from the installation of the Zionist in Paris in 1946 through to the creation of the Hebrew state in 1948, the transformation of the relationship into a military alliance in 1956 and to the beginnings of the Vth Republic. By studying bilateral relations from a global perspective, it concentrates on representations; it highlights the contrast between a public opinion open to Israel and a diplomacy which excluded it from its Levantine strategy; it illuminates the weight of decision-makers in the military rapprochement and raises the question of Israel as an occasional ally. France adopted a neutral attitude towards the question of Palestine, which became untenable with the American-Soviet consensus. After the creation of the State of Israel, French policy needed to take national interests into account in line with a triple identity: Eldest daughter of the Church, Mediterranean Power, Humanist and Resistant. Reconciliation was imposed from the outside: France recognized Israel de facto on 24 January 1949 in order to align itself on U. S. A. And then de jure on 20 May once the armistice had allowed it to renew its relations in Levant. Military cooperation was reinforced within the struggle against Nasser, under suspicion of feeding into the Algerian rebellion. Two phenomena accelerated under the Mollet government: secret diplomacy and diplomacy in uniform. Paris sponsored an Israeli war against Egypt and uses it as a pretext for the Musketeer operation. A movement of friendship carried both peoples after Suez. However, de Gaulle reconnected with the Levantine strategy and normalized the relations with Israel.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 t. en 2 vol. (1201 p.)
  • Annexes : Sources et bibliogr. commentée p. 1087-1193. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F 15041 (1)
  • Bibliothèque : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F 15041 (3)
  • Bibliothèque : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : F 15041 (2)
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.