L'énigme d'une puissance moyenne arabe aux temps de l'unipolarité : la Syrie 1996-2007

par Marta Tawil Kuri

Thèse de doctorat en Science politique. Relations internationales

Sous la direction de Bertrand Badie.

Soutenue en 2008

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    En analysant le comportement de la Syrie entre 1996 et 2006, nous voulons comprendre comment la volonté de puissance s’ancre, se stabilise, se manifeste et oscille, ainsi que les éléments qui la nourrissent. Diverse dans ses sources et variable dans son intensité, la volonté de puissance comme outil analytique permet d’éclairer d’un jour nouveau certaines représentations de la Syrie, et d’interroger la plupart des politiques étrangères en constatant l’évolution des facteurs qui alimentent leurs réalités et leurs potentialités. La volonté serait l’arbitre ultime du comportement de puissance et, de ce fait, elle peut être située à la base du changement dans les relations internationales. La volonté de défendre une certaine autonomie est un composant dynamique qui permet de mettre en relief le croisement, entre, d’une part, les contraintes et les opportunités créées par la structure internationale et, d’autre part, le choix et l’emploi des instruments pour répondre aux évolutions de cette structure. La volonté de puissance comme autonomie peut prendre la forme de la contestation et de la nuisance ; ces formes éclairent le rapport entre la subjectivité de la puissance et sa réalité objective, et le fossé existant entre les moyens dont dispose la Syrie et ses ambitions stratégiques. Les situations de conflit et de crise structurent les réalités objectives de la volonté de puissance, ainsi que les lignes de partage subjectives et normatives existant dans l’interaction entre Etats, et expliqueraient toutes les variations dans les capacités d’une puissance moyenne comme la Syrie.

  • Titre traduit

    ˜The œenigma of an Arab middle power under unipolarity : Syria, 1996-2007


  • Résumé

    By analyzing Syria’s behavior between 1996 and 2006, we seek to understand how the will for power is anchored and stabilized, and to trace its manifestations and oscillations as well as the elements that feed it. The will for power has diverse sources and its intensity varies; as an analytical tool, it allows us to revise some representations made about Syria, and to examine the foreign policies of States by observing the evolution of the sources that feed the realities and potentialities of their power. The will for power would be the ultimate arbiter of the politics of power, and, indeed, it can be located at the basis of change in international relations. The will for defending a certain autonomy is a dynamic component that brings forward the intersection between, on the one hand, the constraints and opportunities created by the international power structure and, on the other hand, the choice and use of certain instruments that are used to respond to the evolutions of such a structure. The will for power understood as the will for autonomy can manifest itself in the politics of contestation. These politics clarify the link that exists between the subjective power and its objective reality, and the disparity between the means at Syria’s disposal and its strategic ambitions. The dynamics of conflict and the moments of crisis structure the objective realities of the will for power, as well as the subjective and normative divide present in the interaction among States ; they would explain all the variations in the capacities associated to a State’s role as a middle power.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (369 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 344-368

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.