Transferts intergénérationnels et croissance économique : essai sur leurs interactions dans la France contemporaine

par Mathias Coiffard

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean-Paul Fitoussi.

Soutenue en 2008

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Nous analysons les interactions entre croissance économique et transferts intergénérationnels en France de 1820 à 2000. Nous optons pour une démarche analytique assise sur un modèle à trois générations imbriquées, avec incertitude sur la durée de vie et coexistence de transferts ascendants et descendants. Cela permet de prendre en compte trois organisations - le marché, la famille et l’Etat - porteuses d’institutions qui évoluent au cours du temps. On peut alors situer historiquement la dynamique économique. Dans un premier temps, nous étudions les conséquences de l’introduction de l’éducation obligatoire sur la transition économique dans un modèle bi-sectoriel à trois générations imbriquées. Nous rendons compte du retournement des solidarités familiales et de la mise en place du repas gratuit en direction des vieux inactifs. Nous étudions alors l’impact du système de retraite sur les principales variables économiques. Afin de compléter les spécificités institutionnelles de l’économie d’après-guerre, nous développons une approche instantanée et collective de la gestion des âges dans l’entreprise fordiste qui nous permet de mettre au jour des subventions implicites entre salariés. La remise en cause de ces subventions nous offre une explication plausible à la concentration du chômage aux extrémités des âges d’activité. Ce phénomène ajouté au vieillissement par le haut réduit la taille de la génération pivot qui finance les deux classes d’âge inactif. C’est l’occasion de revenir sur la «guerre des âges» supposée.

  • Titre traduit

    Inter-generation transfers and economic growth : an essay on how they interact in contemporary France


  • Résumé

    This phd dissertation deals with the interactions between economic growth and intergenerational transfers in France from 1820 to 2000. We have chosen an analytical process based on a model involving three overlapping generations with uncertain life expectancy and up- and downward transfers. This has allowed us to define the function of life insurance and also to include three organisations –market, family, state – which produce institutions changing with time. Thus the economic process can be dated historically. To begin with, using a model based on two sectors (agriculture and industry) involving three overlapping generations, we studied the consequences of introducing a compulsory education program on economic development ; with the conclusion that, as upward transfers ceased, a free lunch was introduced for elderly people. Then we studied the macro economic impact of this pensions system. In order to complete the institutional characteristics of the post war economy, we proceeded to analyze the Ford wage agreement. We assessed a cross-age management within corporations of aggregate remuneration and implicit subsidies between age groups in internal markets. Putting an end to these subsidies helps explain the high rate of unemployment among younger and older workers in France as the number of working people financing the youngest and the oldest is reduced by the increase in life expectancy and the concentration of unemployment at both ends of the age range. Does this entail a “war” between age groups being waged ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (294 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. [267]-287

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.