Formes, sens et symboliques des conflits entre les fils et les pères dans les comédies grecques et latines

par Nicolas Boulic

Thèse de doctorat en Lettres et arts. Langues et civilisations de l'Antiquité

Sous la direction de Jean Alaux.

Soutenue en 2008

à l'Université Stendhal (Grenoble) .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Forms, meanings and symbolism of the conflicts between sons and fathers in Greek and Roman comedies


  • Résumé

    Tout lecteur des comédies d'Aristophane, de Ménandre, de Plaute ou de Térence ne peut qu'être frappé par la fréquence avec laquelle revient un motif littéraire riche d'implications fantasmatiques : celui d'un fils en conflit ouvert avec son père et prêt à utiliser la violence contre lui afin de faire triompher ses envies et ses désirs contre ceux que tentait de lui imposer le vieillard. La première partie de notre thèse consiste à relever les occurrences de ce motif et surtout à comparer les formes - en nombre restreint - qu'il peut prendre dans notre corpus. On arrive ainsi à une typologie suivant deux axes : d'une part les cas où la norme de l'amour filial est menacée et raillée, et d'autre part les cas, plus nombreux, où les fils passent à l'action, en dupant leur père, en le volant, en souhaitant ou sa mort ou même en le frappant. Dans un deuxième temps de la recherche, nous montrons ce que ce motif littéraire doit à l'esprit de la comédie. Car ce genre se nourrit du conflit et plus particulièrement du conflit privé, au sein des familles. La récurrence de ce motif, amoindri de surcroît par de nombreux filtres atténuateurs (c'est ainsi que nous avons dénommé tous les éléments qui tendent à "dé-réaliser" les luttes montrées sur la scène, ou à en atténuer le potentiel subversif), ne serait alors pas tant révolutionnaire que stéréotypée. Enfin, ce motif gagne à être interprété sur le plan symbolique et intertextuel. Car l'affrontement entre fils et père recoupe d'autres préoccupations propres aux sociétés antiques, et il ne serait alors qu'une façon, indirecte mais éloquente, d'envisager des problématiques sociales comme la circulation de l'argent entre les générations ou la place des jeunes dans des sociétés patriarcales. De façon plus riche, le motif peut prendre, notamment si on le fait entrer en résonnance avec d'autres textes contemporains, des échos politiques, puisque la guerre dans la famille est souvent sentie comme étant le premier pas vers la guerre civile. Les dernières pages de la thèse montrent aussi comment la comédie a élaboré une vision très singulière et quasi-unique de ce conflit, en se démarquant de ce que les autres genres ont pu en dire (notamment la tragédie), mais aussi en intégrant des développements venus d'autres genres, censément plus graves, comme la philosophie ou l'éloquence judiciaire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (644 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 568-607. Index.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2008/60
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.