Technologie, politique et psychisme : l'espace du contrôle social dans les organisations

par Laëtitia Schweitzer

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Bernard Lamizet.

Soutenue en 2008

à Grenoble 3 .


  • Résumé

    La médiatisation des rapports sociaux par les technologies de l'information et de la communication (TIC), qu'il faut considérer comme des "technologies politiques", s'accompagne d'une invisibilisation du pouvoir et d'une dépolitisation des normes. Elle favorise l'intégration, par les sujets, d'un ordre des pratiques sociales, et organise la traçabilité des activités humaines. Mais la technologie n'est pas l'unique dimension du contrôle social, dont l'efficace repose sur l'intériorisation de l'ordre symbolique des rapports sociaux dominants par les sujets. Dans les organisations, le pouvoir managérial tente d'obtenir la conformité des comportements des salariés en travaillant leurs représentations, afin que ceux-ci deviennent ses relais, sur eux-mêmes, leurs collègues, et les clients. Les dispositifs managériaux s'inscrivent ainsi dans la perspective d'une économie du pouvoir basée sur l'articulation du contrôle et de l'autocontrôle. Penser le contrôle social doit amener à articuler trois axes: la dimension symbolique des rapports sociaux (l'ordre du discours et l'idéologie) ; la dimension instrumentale et technologique des rapports sociaux (où cet ordre symbolique se matérialise); et enfin la question psychique sans laquelle on ne peut comprendre comment s'engendre la coopération des sujets à des processus qu'ils perçoivent parfois eux-mêmes comme aliénants. Le consentement voire la "servitude volontaire" de certains, comme la révolte d'autres, résulte du sens - qui se construit via des médiations - que les sujets attribuent plus ou moins consciemment à ce qu'ils vivent.

  • Titre traduit

    Technology, politics and psychism : the space of social control in the organizations


  • Résumé

    The media coverage of social relationships by information technology and communication (ICT) to be considered as political technologies is accompanied by an invisibilisation power and a depoliticization of standards. It promotes integration, by the subjects of an order of social practices, and organizes the traceability of human activities. But technology is not the only dimension of social control, whose effectiveness depends on the internalization of the symbolic order of dominant social relationships by the subjects. In organizations, managerial power seeking compliance behavior of employees working their representations, so that they become its relay on themselves, their colleagues and clients. Managerial devices are in the context of an economy of power based on the articulation of control and self¬ control. Think social control must lead to articulate three areas: the symbolic dimension of social relationships (order of discourse and ideology), the instrumental and technological dimension of social relationships (where the symbolic order materializes) and finally the question psychic without which we can not understand how cooperation in processes that they sometimes perceive themselves as alienating is born. Consent, even "voluntary servitude" of someones, as the revolt of some others, results meaning -that is built through mediations- the subjects assign more or less consciously what they live.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (932 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 633-640 (vol. 2)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2008/59
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.