Le rapport à l'écriture et les difficultés langagières : le cas des étudiants inscrits en licence de français

par Ali Djaroun

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Christine Barré-de Miniac.

Soutenue en 2008

à l'Université Stendhal (Grenoble) .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜The œrelation of writing : linguistics problems : studentsat the French department in Algerian universities


  • Résumé

    L'étude prend comme point de départ un questionnement sur les raisons didactiques susceptibles d'expliquer l'échec massif des étudiants algériens en fin de première année de licence de français en Algérie. Il s'agissait de comprendre ce que recouvrent les expressions «problèmes de langue» et «écrits catastrophiques des étudiants», expressions récurrentes dans les conversations informelles avec les responsables et enseignants de différents départements de français. Au-delà de la description des compétences, notre recherche vise à comprendre les raisons de l'inadaptation de lycéens, pourtant lauréats du baccalauréat, aux exigences universitaires. Nous situant dans une perspective de recherche didactique, nous avons cherché des raisons du côté des contenus et démarches didactiques des enseignements, dans les représentations que se font les étudiants de l'écriture et dans la nature des tâches d'écritures sollicitées dans les situations d'évaluation. Nos investigations mettent en avant divers résultats susceptibles d'éclairer les causes de l'échec. En termes de supports utilisés, d'activités linguistiques et cognitives travaillées et de tâches d'écriture, des différences importantes ont pu être repérées entre le programme du français au lycée et celui de la licence de français. L'analyse des discours montre que les difficultés des étudiants se rapportent à la spécificité et aux exigences universitaires, à l'absence aussi de la valeur heuristique dans leur conception de l'écriture. L'analyse des productions rend compte aussi des raisons de l'échec des étudiants en licence de français. Elles tiennent principalement à la non maîtrise des règles des nouveaux genres académiques sollicités à l'université. S'agissant des problèmes de langue, du corpus de productions étudiées, nous constatons que les lycéens et les étudiants algériens ont de grandes difficultés avec l'orthographe française, notamment dans son aspect phonétique.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (383 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 365-383

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2008/51
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.