Le cours ou l'inquiétude de l'oeuvre : Barthes et Foucault au Collège de France

par Guillaume Bellon

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Claude Coste.

Soutenue en 2008

à Grenoble 3 .


  • Résumé

    "Supposons qu'on ait affaire à un auteur: est-ce que tout ce qu'il a écrit ou dit, tout ce qu'il a laissé derrière lui fait partie de son œuvre ?". C'est à l'aune de cette citation de Foucault que s'est engagé le présent travail, consacré aux cours de Roland Barthes et de Michel Foucault au Collège de France. Il s'agit en effet de réunir les deux penseurs autour de la question de l'œuvre: leur archive enseignante, aujourd'hui publiée, appartient-elle à l'œuvre? Et si oui, en quoi vient-elle en modifier la définition et l'appréhension? Objet d'une exploitation éditoriale qui vise à le faire entrer dans l'ordre de l'écrit, le cours est l'occasion d'une lecture croisée de l'œuvre écrite, dans laquelle se marque la distance à la pratique essayistique des auteurs. Il marque enfin le désir d'autres modes de diffusion d'un "savoir en train de se faire" (selon la devise du Collège). Le cours illustre ainsi ce que l'on se propose de nommer "l'inquiétude de l'œuvre" : difficilement configurable dans celle-ci, il en exhibe les tensions et découvre l'utopie d'une recherche qui s'aventurerait hors de l'écrit. En proposant la libre parole d'un auteur en professeur, le cours permet de donner à entendre l'inconfort d'une pensée qui ne se satisfait des réponses toujours provisoires apportées aux apories dans lesquelles elle se débat.

  • Titre traduit

    The lecture or the anxiousness of a work : Barthes and Foucault at le Collège de France


  • Résumé

    "Suppose we deal with an author: is everything he has written or said, everything he has left behind him, part of his works?". Bearing in mind this quotation of Foucault, this thesis examines the lectures of Roland Barthes and Michel Foucault at the College de France. The aim is to bring together those two thinkers around the essential definition of a literary work: are their lectures, published today, part of their works? If so, how do they modify our approach of their works, their definition and their grasping? Publishing transforms a lecture into something written and gives the opportunity of confronting it to the written production of these authors, thus revealing the distance towards their usual essay style of writing. It also shows the desire for different means of sharing "knowledge in progress" (the College de France's motto is: "un savoir en train de se faire"). The lecture thus illustrates what is called here "the anxiousness of a work": hardly a part of it, a lecture exposes the tensions within a work and reveals the utopia of research outside the path of written production. By presenting the teacher's free speech, a lecture makes us hear the uneasiness of a thinking which isn't satisfied with the ever-temporary answers to the aporia among which it circles.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (647 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 613-639. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2008/50
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.