La construction du patrimoine du Canada entre reconnaissance publique et valorisation touristique : le rôle de la Commision des lieux et monuments historiques du Canada et des organismes de tourisme canadiens (1919-1956)

par Juliette Dutour

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Dominique Poulot et de Laurier Turgeon.

Soutenue en 2008

à Paris, EHESS en cotutelle avec l'Université de Laval .


  • Résumé

    Cette thèse vise à démontrer comment le patrimoine au Canada émerge dès le début du 20ème siècle d'une tension entre la volonté politique de construire une identité nationale, et une pression économique qui pousse les autorités à développer le tourisme international. L’étude porte sur l'action partagée de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, la première et principale institution patrimoniale canadienne, et des organismes de tourisme, notamment de l’Association canadienne de tourisme et de l'Office du tourisme du Canada. Créée en 1919, la Commission possède le mandat d'identifier les sites, les personnages et les événements d'importance nationale qui doivent être commémorés, protégés et conservés par le gouvernement fédéral. Faute de moyens, elle doit limiter son action à l'érection de mémoriaux sur lesquels elle accroche des plaques commémoratives. Au tournant de la Seconde Guerre mondiale, l'essor fulgurant du tourisme transforme les sites historiques en attractions touristiques et pousse le gouvernement fédéral à considérer le problème de leur lente dégradation. Les organismes de tourisme font pression sur les institutions fédérales pour qu’elles réalisent que derrière les plaques, les sites du pays dépérissent. Grâce à leur militantisme, la première loi de conservation de bâtiments historiques du pays est votée en 1953, et elle est suivie, en 1955 et 1956, de plusieurs décisions qui marquent durablement le milieu de la conservation historique. Cette étude montre donc que le tourisme ajout un rôle aussi important que les politiques publiques dans la sauvegarde de l’architecture et dans les processus publics de reconnaissance du patrimoine

  • Titre traduit

    Between public recognition and tourist attraction : the construction of Canadian heritage and the role of the Historic Sites Monuments Board and Canadian tourism bodies (1919-1956)


  • Résumé

    The aim of this thesis is to demonstrate that Canadian heritage policies and practices emerge, at the very beginning of the century, largely as the result of a tension between the political will to construct a national identity and economic concerns that encourage the government to invest into international tourism. The following study will examine the joint actions of the Historic Sites and Monuments Board of Canada, the first and main heritage institution in Canada and of tourist organizations, particularly the Canadian Tourism Association and the Canadian Government Travel Bureau. Created in 1919, the Board holds the mandate to identify sites and important national events, which require commemoration, safeguarding and protection by the government. However, lacking financial resources, the Board's action was limited to the establishment of monuments and plaques at historical sites and to the commemoration of historical heroes and events for the country's inhabitants and tourists. Shortly after the Second World War, Canada experienced a sharp increase in tourism. These historical sites were transformed into tourist attractions, which prompted the federal government to acknowledge the problem caused by the slow degradation of the sites due to neglect. The activism of tourist organizations led to the establishment of the first Historic Sites and Monuments Act in 1953, followed by other legislation in 1955 and 1956. This study contends, then, that tourism has played a role as important as public policies in safeguarding historical architecture and in raising public awareness to heritage

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (401 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 347-376. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2008-14

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.