Polyploïdie suivie de dépolyploïdisation : une modalité de développement de la résistance aux médicaments anticancéreux

par Pierre-Emmanuel Puig

Thèse de doctorat en Médecine. Biochimie, biologie cellulaire et moléculaire. Cancérologie

Sous la direction de Bruno Chauffert.

Soutenue en 2008

à Dijon .

  • Titre traduit

    Tumor cells can escape DNA-damaging agents through DNA endoreduplication and reversible polyploidy


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Lorsqu’ils sont utilisés à des concentrations pharmacologiques sur des cellules de tumeurs solides en culture ou chez des rats porteurs de tumeurs, les agents génotoxiques n’induisent pas une mort massive et rapide par apoptose. L’effet prépondérant est un arrêt de prolifération cellulaire qui aboutit à un processus d’endoreduplication de l’ADN et induit une polyploïdie. Comme le montre la vidéomicroscopie, les cellules cancéreuses polyploïdes ont une survie prolongée – pouvant impliquer des signes de sénescence – mais tentent des mitoses atypiques et asymétriques qui les conduisent à la multinucléation et/ou à la mort par catastrophe mitotique. Ce lent processus aboutit à une réduction progressive du nombre des cellules cancéreuses et in vivo à une réduction du volume tumoral qui peut être interprété comme une réponse initiale satisfaisante à la chimiothérapie (réponse partielle). Cependant, un échappement à ce processus létal se produit au niveau d’un très petit nombre de cellules cancéreuses polyploïdes (de l’ordre d’une pour 106, 107 cellules). Un processus de dépolyploïdisation qui pourrait avoir des analogies avec la mitose réductionnelle caractérisant la méiose permet aux cellules polyploïdes de retrouver un génome diploïde proche de celui des cellules parentales mais néanmoins différent qui leur donne un avantage sélectif de type darwinien autorisant leur prolifération. Ce processus complexe pourrait donc intervenir dans l’échec de chimiothérapies initialement efficaces, mais suivies de récidives tumorales plus ou moins tardives, généralement résistantes au moins aux agents utilisés pour les premières cures.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (130 f.)
  • Annexes : Bibliographie f. 104-110

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Médecine-Pharmacie.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : 2099U/2008/06BIS
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.