Ecrire des fictions en vers au XIVème et XVème siècles : un problème esthétique et culturel

par Lunorsola Raffalli-Grenat

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jean-Jacques Vincensini.

Soutenue en 2008

à l'Université de Corse .


  • Résumé

    A La fin du Moyen-Age les fictions romanesques en vers se font rares. Parmi celles-ci, les narrations allégoriques utilisent le vers pour exprimer la subjectivité ; d’autres, c’est le cas du roman arthurien de Froissart, Meliador, justifient l’emploi du vers par une volonté nostalgique. En ce qui concerne les autres récits, le choix de l’écriture versifiée demeure totalement énigmatique. L’objectif de cette thèse est justement de comprendre pourquoi certains auteurs choisissent encore le vers pour écrire leurs fictions, alors que la prose est depuis le treizième siècle l’écriture du roman. Le corpus de cette étude comprend les œuvres suivantes : Le roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan de Coudrette, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan de Jean d’Arras, Le Roman de Richart, Richart sans Peur de Gilles Corrozet, Le Roman d’Eledus et Serene, Le Roman de la Dame à la Licorne et le Beau Chevalier au Lion, et Brun de la Montagne. Dans un premier temps, cette étude a révélé qu’avant le Moyen-Age flamboyant, les différences entre le vers et la prose dépassaient un cadre technique, esthétique et référentiel. Chacune de ces formes d’écriture correspond en effet à un choix thématique et culturel qui annihile vraisemblablement les prétentions de « vérité » affichées par la prose romanesque. Suite à cela, une comparaison entre les œuvres en vers du corpus et leurs versions en prose, a démontré que les derniers textes en vers paraissent désuets tant par leur forme que par leur constructions narratives. Ils se détachent ainsi des proses contemporaines plus ornées et plus détaillées, à l’image des goûts et des aspirations de l’aristocratie étincelante des quatorzième et quinzième siècles. Finalement les derniers récits en vers, derrière leur apparence surannée invitent le lecteur à s’extraire d’un passé littéraire trop influencé par le folklore et par le mythe. Elles s’opposent ainsi à une socialisation et à une christianisation de la merveille, proposant alors le démantèlement de la fusion entre la prose et la « vérité » du récit.


  • Résumé

    In the end of Middle Age the verses romances are not widespread. Among these, the allegoricals fictions use verses to express subjectivity. Others, in exemple Froissart’s arthurian romance, Méliador, justify verse to a nostalgic will. In regard to other stories, the choice of writing verses remains entirely enigmatic. This work’s objective is to understand why some some authors write their fictions in verse while the prose is the writing’s romance since the thirteenth century. This study’s corpus includes the following works : Le roman de Mélusine ou Histoire de Lusignan of Coudrette, Mélusine ou la Noble Histoire de Lusignan de Jean d’Arras, Le Roman de Richart, Richart sans Peur of Gilles Corrozet, Le Roman d’Eledus et Serene, Le Roman de la Dame à la Licorne et du Beau Chevalier au Lion, and Brun de la Montagne. As a first step, this study found that before the Middle Age « flamboyant », the differences between verse and prose are not technical, aesthetic or referential. Each of these writing’s forms justify a cultural and thematic choice who annihilates likely the claims of “truth” displayed by the prose fictions. After, a comparison between the corpus’s verses romances and their prose versions, showed that the last texts in verse seem outdated to both form and narrative construction. They stand out as the contemporary prose, more detailed and adorned, who reflect the tastes of the sparkling aristocracy of the fourteenth and fifteenth centuries. Finally, the latest stories in verse, look behind outdated for invite readers to get out of a literary past too influenced by folklore and myth. They are opposed to a socialization and a Christianization of the wonder, proposing the dismantling of the merger between prose and story’s “truth”.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (538 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 508-541. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Corse (Corte, Haute-Corse). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH RAF 77898
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.