La chimie des élégances : la parfumerie parisienne au XIXe siècle : naissance d'une industrie du luxe

par Eugénie Briot

Thèse de doctorat en Histoire des techniques

Sous la direction de André Guillerme et de Laurence Lestel.

Soutenue en 2008

à Paris, CNAM .


  • Résumé

    L’industrialisation de la production des articles de parfumerie au XIXe siècle et leur plus large diffusion sociale invite à s’interroger sur la pertinence de l’identification du parfum à un produit de luxe à cette époque. Les innovations générées ou adoptées par les parfumeurs en effet, qu’il s’agisse de méthodes d’extraction nouvelles des matières premières ou de l’utilisation de corps odorants d’origine synthétique, si elles étendent considérablement les possibilités créatives des parfumeurs, vont aussi dans le sens d’un accroissement des marges dégagées sur la vente de produits dont les prix restent stables. Le passage d’une fabrication artisanale à une industrie du parfum semble ainsi s’accompagner d’un renchérissement relatif de ces articles. Sur les fondements d’un imaginaire propre au XIXe siècle, qui gouverne la construction du sens social du parfum à cette époque, la diffusion des produits qui accompagne ces évolutions redistribue parallèlement les normes et les règles des élégances olfactives, en confinant de manière préférentielle l’expression du parfum à la sphère de l’intimité. Dans quelle mesure la consommation d’articles de parfumerie satisfait-elle dès lors à l’impératif d’ostentation propre aux exigences d’un rang en un siècle de diffusion élargie de ces produits ? Et comment les parfumeurs construisent-ils la valeur de leurs articles, dans un environnement favorable à leur dépréciation ? Ce sont les stratégies mercatiques mises en œuvre par les parfumeurs du XIXe siècle pour les positionner parmi ces produits de luxe qui triomphent à large échelle dès le Second Empire que nous nous attachons en dernière analyse à examiner.

  • Titre traduit

    The chemistry of elegance : Parisian perfumery in the XIXth century, the birth of a luxury industry (1830-1914)


  • Résumé

    The industrialization of the production of perfumery articles in the XIXth century and their broader social diffusion invite us to question the relevance of the identification of perfume to a luxury product at that time. The innovations generated or adopted by perfumers indeed, be they new extracting methods of raw materials or the use of smelling compounds from a synthetic origin, if they bring new creative possibilities to perfumers, also allow wider margins on the sale of products whose prices remain stable. The switch from an artisanal fabrication to an industry of perfume manufacturing thus seems to go hand in hand with a relative price increase of these articles. On the basis of an imaginary peculiar to the XIXth century, determining the building of the social signification of perfume at that time, the diffusion of products that accompanies these evolutions redistributes at the same time the norms and rules of the olfactory elegances, restricting preferentially the expression of perfume to the sphere of intimacy. To what extend do the consumption of perfumery articles meet the imperative for ostentation proper to a certain rank in a century of a broader diffusion of these articles? And how do perfumers build the value of their articles in an environment favourable to their depreciation? In the final analysis, we apply ourselves here to studying the marketing strategies developed by perfumers of the XIXth century to position them among the luxury products triumphing on a large scale right from the Second Empire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (691 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 504-512

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TPHA 11769
  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Th A 611
  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Th A 611
  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th A 611 double
  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th A 611 double
  • Bibliothèque : Arts et Métiers ParisTech. Centre d'enseignement et de recherche. Centre de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.