Développement d'outils pour mesurer et augmenter les fréquences de recombinaison chez le maïs et Arabidopsis thaliana

par Sophie Wehrkamp-Richter

Thèse de doctorat en Physiologie et génétique moléculaire

Sous la direction de Georges Picard.

Soutenue en 2008

à Clermont-Ferrand 2 .


  • Résumé

    L'objectif de ce travail de thèse était de développer des outils pour mesurer et augmenter les fréquences de recombinaison chez une plante d'intérêt agronomique, le maïs. La plante modèle Arabidopsis thaliana a été également utilisée pour valider plus rapidement les vecteurs développés. Différents construits rapporteurs ont été testés dans ce but : le rapporteur pPNP et un rapporteur GUS/GFP qui permet de distinguer les mécanismes de recombinaison homologue et illégitime. La capacité de détection de ces deux mécanismes a été validée à la fois chez A. Thaliana et le maïs. Les fréquences de recombinaison ont été augmentées en créant des cassures double brin (CDB) grâce à la méganucléase de levure I-Scel. Une augmentation de la RH a été obtenue chez A. Thaliana, par expression du gène I-Scel mais pas chez le maïs. En effet, il est mal exprimé dans cette plante, ainsi une version du gène optimisée pour l'expression chez le maïs a été utilisée. Ces travaux constituent une première approche, pour réaliser à terme, du ciblage de gène par recombinaison homologue chez le maïs

  • Titre traduit

    Devlopment of tools to measure and increase recombination frequencies in maize and Arabidopsis thaliana


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (199 p.)
  • Notes : Thèse confidentielle jusqu'en [2018]
  • Annexes : Bibliogr. p. 175-199

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université (Aubière). Section Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.