Perception du temps et émotions : étude de l'influence des expressions faciales émotionnelles chez l'enfant et l'adulte

par Sandrine Gil

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Sylvie Droit-Volet et de Paula Marie Niedenthal.

Soutenue en 2008

à Clermont-Ferrand 2 .


  • Résumé

    Dans le cadre de la psychologie sociale et cognitive, le travail de la présente thèse a pour objectif d'étudier de manière systématique l'influence de la perception d'une expression faciale émotionnelle sur la perception du temps. Pour cela, nous avons utilisé une tâche de bissection temporelle, dans laquelle les adultes et les enfants doivent évaluer la durée de présentation de visages neutres et de visages exprimant des émotions primaires (colère, peur, joie, tristesse et dégoût) ou secondaire (honte). Notre hypothèse est que la perception d'un visage émotionnel provoque une distorsion du temps perçu, dont les variations rendent compte de la fonction adaptative de chaque émotion en termes notamment de préparation à l'action. Les résultats de nos expériences révèlent que les émotions activatrices que sont la colère, la peur, la joie, et la tristesse, provoquent une distorsion temporelle par rapport au visage neutre, dans le sens d'une surestimation. Celle-ci est toutefois plus importante pour la colère et la peur, la préparation à l'action étant plus urgente pour ces deux émotions. Des analyses complémentaires révèlent que cette surestimation est provoquée par un mécanisme d'activation physiologique qui accélère le rythme de l'horloge interne, tel que le "temps interne" va relativement plus vite. Bien qu'étant activatrice, l'émotion de dégoût exprimée sur un visage n'affecte pas, quant à elle, la perception du temps. En revanche, quand il s'agit d'aliments suscitant cette émotion, une sous-estimation du temps est observée, liée à l'observation de l'aliment qui détourne l'attention du traitement de la durée. En fait, nos études montrent que le type de distorsions temporelles observées dépend non seulement de l'émotion évoquée, mais aussi de la nature du stimulus émotionnel et de sa signification. Par ailleurs, pour l'ensemble des émotions primaires, on observe le même type de distorsions temporelles chez des adultes et des enfants d'âges différents, indiquant qu'il s'agit d'un mécanisme adaptatif précoce. En revanche, l'effet de l'émotion secondaire de honte sur la perception du temps varie avec l'âge des enfants. Chez les enfants de 8 ans, comme chez les adultes, cette émotion provoque une sous-estimation temporelle, liée à l'évaluation du soi que déclenche cette émotion, qui du même coup capture l'attention au détriment du traitement de la durée. Chez les enfants de 5 ans, une telle sous-estimation ne s'observe pas, à cause de leurs difficultés à reconnaître ou à comprendre cette expression faciale de honte. Afin de mieux comprendre les processus impliqués dans l'effet des expressions faciales sur la perception du temps, nous avons conduit deux études supplémentaires qui montrent que cet effet est médiatisé par un mécanisme d'imitation automatique des expressions faciales. Enfin, afin de commencer à étudier l'effet sur la perception du temps du sentiment émotionnel lui-même et non seulement de la perception d'un stimulus émotionnel, une dernière étude a été réalisée sur des sujets dépressifs dont le sentiment de tristesse était élevé. Cette étude révèle que la symptômathologie dépressive provoque une sous-estimation temporelle de stimuli neutres, qui serait due à un ralentisssement de l'horloge interne, et dont le sentiment de tristesse est l'un des principaux prédicteurs. En résumé, le présent travail de recherche révèle l'importance du lien entre émotion et perception du temps pour l'adaptation du comportement de l'homme à son environnement social

  • Titre traduit

    Time perception and emotions : study of the influence of emotional facial expressions in children and adults


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (299 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 253-285. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.