Le regard français sur le patrimoine marocain : conservation, restauration et mise en valeur de l'architecture et de l'urbanisme des quatres villes impériales durant le protectorat (1912-1956)

par Mylène Théliol

Thèse de doctorat en Histoire de l'art contemporain

Sous la direction de Dominique Jarrassé.

Soutenue en 2008

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    En 1912, la France possède déjà, en Afrique du Nord, l’Algérie et la Tunisie. Leur colonisation militaire respective a été accompagnée par un transfert des pratiques politiques, administratives et culturelles métropolitaines comme le processus de patrimonialisation. Ce dernier se résume à la sauvegarde des monuments ayant un caractère historique et artistique prononcé. Dans un premier temps, les Français ont préservé les édifices antiques mais petit à petit, ils ont élargi cette protection à quelques monuments musulmans représentatifs d’une période ou d’un style artistique précis. Lorsque le traité de Fès, du 30 mars 1912, instaure le protectorat français au Maroc, il prévoit, outre la modernisation administrative et économique du pays, la protection du pouvoir spirituel du Sultan et celle des mœurs et coutumes marocaines. C’est dans cette perspective que le Général Hubert Lyautey, tend à diriger le Maroc, dès sa nomination au poste de Commissaire Résident général du protectorat, le 27 avril 1912. Il met en place un dispositif législatif et administratif relatif à la conservation des monuments historiques qui s’inspire des expériences françaises et tunisiennes mais qui en diffère. Contrairement à la Tunisie ou à l’Algérie, la préservation des édifices arabo-musulmans prédomine sur celle des monuments antiques. L’autre originalité du programme patrimonial marocain vient du fait qu’il sauvegarde les tissus urbains dont les premiers visés sont ceux des villes impériales, Fès, Meknès, Marrakech et Rabat-Salé. Ces dernières synthétisent par leur localisation géographique, leur histoire et leurs diversités ethniques, culturelles, sociales et économiques l’ensemble du Maroc. Elles servent d’exemple pour appréhender l’étude du programme patrimonial et ses moyens d’action. Dès la première année du protectorat, un dahir (décret) du 26 novembre 1912 traitant « des vestiges du passé qui touchent à l’histoire de l’Empire marocain ainsi que les choses artistiques qui contribuent à son embellissement » est instauré. Il est remplacé par la loi du 13 février 1914 qui établit les modalités de conservation des monuments historiques, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité du Maroc ainsi que des lieux entourant des monuments, des sites et des sites naturels. Ces deux législations sont appliquées par le biais de du Service des antiquités, beaux-arts et monuments historiques, créé le 26 novembre 1912. Son rôle est de rechercher et de conserver les antiquités, les édifices et les objets historiques ou artistiques, de surveiller les travaux de restaurations exécutés, d’étudier les mesures de défense, de protection et de rénovation de l’artisanat marocain et de conserver dans leur intégralité les médinas et leurs architectures. Cependant cet objectif est remis en cause notamment par les bouleversements urbanistiques liés à la surpopulation des médinas qu’a engendré l’exode rural, une des conséquences des crises économiques des années trente. Après 1945, la sauvegarde des médinas est toujours une priorité. L’Inspection des monuments historiques façonne même les villes anciennes en villes musées afin de les préserver des nouvelles constructions modernes qui les menacent bien que les Marocains soient favorables aux nouveautés architecturales de la métropole.

  • Titre traduit

    The French eye of the Moroccan heritage : conservation, restoration and development of the archiecture and the town planning of four imperial cities during the protectorate (1912-1956)


  • Résumé

    In 1912, France already possesses, in North Africa, Algeria and Tunisia. Their respective military colonization was accompanied by a transfer of the political, administrative and cultural metropolitan practices as process of patrimonialisation. This last one consistes in safeguard monuments with a pronounced historic and artistic characteristic. At first, French people protected the antique buildings but little by little, they widened this protection in some representative moslem monuments of a precise period or a precise artistic style. When the treaty of Fes, of March 30th, 1912, establishes French protectorate in Morocco, it foresees, besides the administrative and economic modernization of the country, the protection of the Sultan’s spiritual power and that of Moroccan customs. In this prospect, the General Hubert Lyautey tends to rule Morocco, from his appointment at the post of Police Commissioner general Resident of the protectorate, on April 27th, 1912. He sets up a legislative and administrative device as concerns the preservation of historic monuments, which is inspired by French and Tunisian experiences but which postpones from it. Contrary to Tunisia or Algeria, the conservation of the arabian-moslem buildings prevails on that of antique monuments. Other originality of the Moroccan patrimonial program is in safeguard of urban fabrics among which the aimed first ones of which are imperial cities, Fes, Meknès, Marrakesh and Rabat Salé. These last ones synthetize by their geographical localization, their history and their ethnic, cultural, social and economic varieties the whole Morocco. They exemplify to arrest the study of patrimonial program and its means of action. From the first year of the protectorate, a dahir (decree) of November 26th, 1912 what deals with "vestiges of the past which touch the history of the Moroccan Empire as well as the artistic things which contribute to its embellishment " is established. The law of February 13th, 1914 supersedes it and establishes the modalities of preservation of historic maroccan monuments, inscriptions, objects of art and antiquity as well as places surrounding monuments, sites and natural sites. These two legislations are applied by means of the Service of antiquities, fine art and historic monuments, created on November 26th, 1912. Its role is to look for and to preserve antiquities, buildings and historic or artistic objects, to watch the executed works of restorations, to study the measures of defence, protection and renovation of the Moroccan crafts, and to preserve in full medinas and their architectures. However this objective is questioned, in particular, by the urbanistic turnovers bound to the overpopulation of the medinas that engendered drift from the land, one of the consequences of the thirties economic crises. After 1945, the protection of medinas is always a priority. The Inspection of historic monuments shapes even the former cities in cities museums to protect them from new modern constructions which menace them, although Moroccans are favorable to architectural innovations in metropolis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (300, 193 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 246-297. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. UFR arts et sciences humaines. Bibliothèque d'histoire, histoire de l'art et archéologie.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/3902
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.