Poncif et innovation dans l'oeuvre de Jules Laforgue

par Alissa Le Blanc

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Eric Benoit.

Soutenue en 2008

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    L’objet de cette thèse est d’étudier, à travers le cas de Jules Laforgue (1860-1887), comment un auteur moderne réagit face au problème de la stéréotypie langagière. En nous basant sur sa conception de la notion subjective de poncif, nous cherchons en particulier à déterminer comment Laforgue réussit à surmonter l’aporie du déjà dit qui hante son œuvre. Le corpus d’étude comprend essentiellement sa production poétique (Le Sanglot de la Terre, Les Complaintes, L’Imitation de Notre-Dame la Lune, Des Fleurs de bonne volonté, les Derniers vers et quelques poèmes isolés) ses nouvelles (Moralités légendaires) et sa critique d’art, auxquelles sont adjoints la correspondance et un ensemble de notes et de textes inachevés. Notre propos est de montrer que, dans un contexte artistique où la notion complexe de poncif s’insère dans la dialectique moderne de l’original et du banal, l’œuvre laforguienne témoigne d’une approche nuancée et personnelle. Relevant le défi de l’utilisation de thèmes et de procédés dévalués, l’auteur opère un retournement, d’ordre à la fois idéologique et esthétique, pour faire du poncif, véhicule tout désigné de la doxa et de l’académisme, un puissant instrument de déconstruction des discours et surtout de renouvellement de la langue. Ce détournement s’effectue grâce à un ensemble de stratégies subversives, ludiques et créatrices qu’il s’agit de mettre au jour. Si elles possèdent des implications diverses suivant qu’il s’agit de prose ou de poésie, elles restent sous-tendues par les mêmes buts : dans un cas comme dans l’autre, les poncifs sont mis au service d’une démarche critique, et participent avant tout à l’élaboration d’une poétique résolument novatrice.

  • Titre traduit

    The renewal of clichés in Jules Laforgue's works


  • Résumé

    The subject of this thesis is to study how a modern author responds to the issue of verbal stereotypy, through the case of Jules Laforgue (1860-1887). By focusing on his subjective conception of the notion of cliché, we are trying to determine how Laforgue succeeds to overcome the aporia of saying that is looming on his work. The corpus will essentially consists of his poetic books (Le Sanglot de la Terre, Les Complaintes, L’Imitation de Notre-Dame la Lune, Des Fleurs de bonne volonté, Last verses and some separate poems), his short stories (Moralités légendaires) and his art critique, as well as his letters, papers and notes. Our aim is to demonstrate that, in an artistic context where the complex notion of cliché is embedded in the modern dialectic of originality and banality, Laforgue’s approach proves subtle and personal. Rising up to this challenge, the author uses depreciated themes and devices and manages a reversal, both ideological and aesthetic : he turns the cliché, usual medium of doxa and academism, into a powerful instrument of discursive deconstruction and linguistic renewal. This is made possible thanks to strategies combining subversion, play and creation, which are to be identified. If these methods prove different in prose and verse, they are aimed at the same purpose: here and there, the clichés serve a critical intention and support an affirmatively innovative poetics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (701 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : p. 617-664. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.