Représentation de la forêt (1854-1912) : entre romantisme et positivisme

par Christiane Muratelle-Haumey

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Gérard Peylet.

Soutenue en 2008

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Dès l848, le positivisme et le scientisme ont infléchi les représentations romantiques de la forêt jusqu’alors relativement stables. Les modalités et les résistances à cette infiltration due aux avancées scientifiques et à l’industrialisation, font l’objet d’une problématique en trois parties, où l’intertextualité sert de fil conducteur. Tout d’abord, l’examen des « matrices littéraires », aux plans lexicographique, chronologique et thématique, des images liées à la forêt en partant des archétypes gréco-romains, eux-mêmes repris par les humanités classiques, étude menée en amont et en aval de la vie et l’œuvre de Chateaubriand. A quel moment a-t-on pu parler de « rupture » ? La partie centrale analyse plusieurs textes assez peu connus de neuf « grands ancêtres » sur trois générations, dans la perspective systémique de ces influences croisées sur leurs écrits. Tous les genres littéraires sont représentés sous les plumes de Élisée Reclus, Edgar Quinet, Pierre Loti, George Sand, Émile Zola, Jules Verne, Victor Hugo, Edmond Rostand. La dernière partie s’interroge sur le rôle des « passeurs » d’un genre, d’un art et d’un siècle à un autre, pour rénover les mythes anciens, en créer de nouveaux : écrits non littéraires (critiques, salons, articles) peinture et dessins, et trois œuvres du premier quart du XXe siècle signant un possible adieu au XIXe par de nouvelles modernités.

  • Titre traduit

    Representation of the forest (1854-1912) : between romanticism and positivism


  • Résumé

    Since 1848, positivism and scienticism have bent the romantic representations of the forest which were so far relatively steady. The forms and resistances to this infiltration due to the progress of science and industrialization , form the theme of a search in three parts, in which the inter-textuality is the vital lead. First of all, the survey of the « litterary matrix », on the lexicographical level, chronological and thematic, of the pictures linked to the forest, starting from the greco-roman archetype, themselves re-used by the classical humanities, survey led before and after Chateaubriand’s life and works. At what point in time can we speak of a « break »? The central part analyses several little-know texts of nine « great ancestors » on three generations in the systemic view of those crossed influences in their written works. All the litterary genres are represented by the pen of Elisée Reclus, Edgar Quinet, Pierre Loti, George Sand, Emile Zola, Jules Verne, Victor Hugo, Edmond Rostand. . The last part questions about the part of the « continuators » of a genre, from an art and a century to another , to remodel the ancient myths and to create new ones: non-litterary writings (critics, exhibitions, articles) paintings and drawings, and three books of the beginning 20th centuryconfirming a possible adieu to the 19th century through new modernities

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (477 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : p. 429-438. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.