De l'éthique de l'amour à une philosophie première de la personne

par Emmanuel Dor

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Claudie Lavaud.

Soutenue en 2008

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    A partir d’une description de l’expérience d’aimer, en tenant compte des sources de la philosophie occidentale (éros, philia, agapè), nous relèverons, au cours de nos analyses éthiques concernant l’autre aimé personnellement comme fin, certaines interrogations réclamant en fait une philosophie première, certains enjeux du point de vue d’une philosophie première. Par « éthique », nous entendons une réflexion sur l’acte humain, sur ce pour quoi l’homme s’engage, et sur sa responsabilité. Par « philosophie première », nous entendons une considération plus profonde de la réalité, et non pas d’abord une abstraction ; nous devrons préciser le sens de cette expression, et la situer par rapport aux mots « métaphysique », « ontologie » et « sagesse ». Parmi les interrogations réclamant une philosophie première, voici celles que nous avons retenues : la question de la réalité du bien aimable ; la question de l’altérité propre du bien aimable (une amitié qui intègre, en les dépassant, les points de vue de l’utilité et de l’agrément, nous conduit-elle à nous demander « qu’est-ce que l’être à l’ami ? » , et à dépasser le devenir et la qualité, ainsi que le sujet et l’intelligibilité ?) ; la question de l’achèvement et de la finalité propre de ce qui est (en réfléchissant spécialement sur la dynamis, l’entelekheïa et l’energeïa, par rapport à la volonté, à l’amour et à l’ami, et en précisant les limites d’une métaphysique comme « ousiologie ») ; la question anthropologique de la place de l’autre en toute personne de nature humaine ; la réflexion critique sur l’intelligibilité propre du bien ; enfin, la question de la personne humaine comme « personne première ».

  • Titre traduit

    From the ethics of love to a first philosophy of the person


  • Résumé

    Starting from a description of the experience of loving and taking into account the sources of Western philosophy (eros, philia, agape), our ethical study of the other personally loved as an end will point to some questions which require a first philosophy. By "ethics" we mean a reflection on the human act, that for which man commits himself, and on his responsibility. By "first philosophy" we mean a deeper consideration of reality and not first of all an abstraction. We will have to specify the meaning of this expression in comparison with the words "metaphysics", "ontology" and "wisdom". Among the questions requiring a first philosophy, we have selected the following ones: the question of the reality of the lovable good; the question of the proper otherness of the lovable good (does a friendship, which integrates the points of view of utility and enjoyment and goes beyond them, lead us to ask ourselves "what is the being to the friend?" and to go beyond becoming and quality as well as the subject and intelligibility?); the question of completion and the proper finality of that which is (with special reflection on dynamis, entelekheia and energeia with respect to the will, to love and to the friend); the anthropological question of the place of the other in every human person; the critical reflection on the proper intelligibility of the good; the question of the human person as "first person".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(452 p..)
  • Annexes : Bibliogr. p. 415-443. Index

Où se trouve cette thèse ?