Processus de formation du ghetto dans une ville moyenne, Angoulême

par Laurent Courtois

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Didier Lapeyronnie.

Soutenue en 2008

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    Les mutations de la société française modifient profondément les espaces urbains. Les villes se segmentent. Elles témoignent des fractures sociales et économiques de la société et illustrent l’inégale répartition des richesses. Des quartiers, jusque là définis par la précarité et la relégation, s’enfoncent dans un processus de ghettoïsation. Le ghetto étudié au sein d’une ville moyenne ne se limite pas à une ségrégation territoriale, sociale et raciale. Il se défini par un ensemble de conduites sociales émanant d’une organisation sociale et morale particulière. Face à la pauvreté, au racisme et à l’enferment, les personnes qui vivent dans le ghetto construisent des stratégies d’existence. Les rôles sociaux cristallisent les relations et fragmentent la vie sociale entre les catégories d’individus. Ce n’est pas un fonctionnement pathogène. Il est au contraire profondément social. Ce « contre monde » naît de l’action d’expériences vécues dans une société qui enferme et étouffe les individus du ghetto. Notre enquête a été réalisée dans le quartier de Basseau à Angoulême. Son intérêt est de montrer que le ghetto n’est ni naturel ni irréversible. Il s’inscrit plus profondément dans la mutation des relations sociales dans notre société et dans les villes.

  • Titre traduit

    Development process of a ghetto in a middle-sized town: Angoulême


  • Résumé

    The mutations of French society greaty alter urban spaces. Towns segment. They show the social and economic chasm in society and illustrates the uneven distribution of wealth. Neighbourhoods, which have been until now caracterized by precariousness and relegation go deeper into a ghetto process. The ghetto observed inside a middle-sized town can’t be reduced to a territorial segregationsocial and racial. He can be defined with a series of social behaviours resulting from a particular social and moral organisation. Confronted with poverty, racism and imprisonment people who live in the ghetto establish particular existence strategies. Social models reinforce relations and fragment social life among the categories of people. This is not a pathogenic funtioning. It is, on the contrary, deeply social. This « counter world » results from the expreriences lived in a society which imprison and strangle people of the ghetto. Our survey was carried out in the Basseau neighbourhood in Angouleme. Its main concern is to show that the ghetto is neither natural nor irreversible. It is rooted in the changes of social relations in our society as well as in towns.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (328 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.323-328

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Sciences de l'homme.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : VTS 2008/6
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.