Apprentissage automatique et compréhension dans le cadre d’un dialogue homme-machine téléphonique à initiative mixte

par Christophe Servan

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Renato De Mori et de Frédéric Béchet.

Soutenue le 10-12-2008

à Avignon , dans le cadre de Ecole doctorale 166 I2S « Information, Structures, Systèmes » , en partenariat avec Laboratoire informatique d'Avignon (laboratoire) .

Le président du jury était Marc El-Bèze.

Le jury était composé de Géraldine Damnati, Yannick Estève.

Les rapporteurs étaient Kamel Smaïli, Sophie Rosset.


  • Résumé

    Les systèmes de dialogues oraux Homme-Machine sont des interfaces entre un utilisateur et des services. Ces services sont présents sous plusieurs formes : services bancaires, systèmes de réservations (de billets de train, d’avion), etc. Les systèmes de dialogues intègrent de nombreux modules notamment ceux de reconnaissance de la parole, de compréhension, de gestion du dialogue et de synthèse de la parole. Le module qui concerne la problématique de cette thèse est celui de compréhension de la parole. Le processus de compréhension de la parole est généralement séparé du processus de transcription. Il s’agit, d’abord, de trouver la meilleure hypothèse de reconnaissance puis d’appliquer un processus de compréhension. L’approche proposée dans cette thèse est de conserver l’espace de recherche probabiliste tout au long du processus de compréhension en l’enrichissant à chaque étape. Cette approche a été appliquée lors de la campagne d’évaluation MEDIA. Nous montrons l’intérêt de notre approche par rapport à l’approche classique. En utilisant différentes sorties du module de RAP sous forme de graphe de mots, nous montrons que les performances du décodage conceptuel se dégradent linéairement en fonction du taux d’erreurs sur les mots (WER). Cependant nous montrons qu’une approche intégrée, cherchant conjointement la meilleure séquence de mots et de concepts, donne de meilleurs résultats qu’une approche séquentielle. Dans le souci de valider notre approche, nous menons des expériences sur le corpus MEDIA dans les mêmes conditions d’évaluation que lors de la campagne MEDIA. Il s’agit de produire des interprétations sémantiques à partir des transcriptions sans erreur. Les résultats montrent que les performances atteintes par notre modèle sont au niveau des performances des systèmes ayant participé à la campagne d’évaluation. L’étude détaillée des résultats obtenus lors de la campagne MEDIA nous permet de montrer la corrélation entre, d’une part, le taux d’erreur d’interprétation et, d’autre part, le taux d’erreur mots de la reconnaissance de la parole, la taille du corpus d’apprentissage, ainsi que l’ajout de connaissance a priori aux modèles de compréhension. Une analyse d’erreurs montre l’intérêt de modifier les probabilités des treillis de mots avec des triggers, un modèle cache ou d’utiliser des règles arbitraires obligeant le passage dans une partie du graphe et s’appliquant sur la présence d’éléments déclencheurs (mots ou concepts) en fonction de l’historique. On présente les méthodes à base de d’apprentissage automatique comme nécessairement plus gourmandes en terme de corpus d’apprentissage. En modifiant la taille du corpus d’apprentissage, on peut mesurer le nombre minimal ainsi que le nombre optimal de dialogues nécessaires à l’apprentissage des modèles de langages conceptuels du système de compréhension. Des travaux de recherche menés dans cette thèse visent à déterminer quel est la quantité de corpus nécessaire à l’apprentissage des modèles de langages conceptuels à partir de laquelle les scores d’évaluation sémantiques stagnent. Une corrélation est établie entre la taille de corpus nécessaire pour l’apprentissage et la taille de corpus afin de valider le guide d’annotations. En effet, il semble, dans notre cas de l’évaluation MEDIA, qu’il ait fallu sensiblement le même nombre d’exemple pour, d’une part, valider l’annotation sémantique et, d’autre part, obtenir un modèle stochastique « de qualité » appris sur corpus. De plus, en ajoutant des données a priori à nos modèles stochastiques, nous réduisons de manière significative la taille du corpus d’apprentissage nécessaire pour atteindre les même scores du système entièrement stochastique (près de deux fois moins de corpus à score égal). Cela nous permet de confirmer que l’ajout de règles élémentaires et intuitives (chiffres, nombres, codes postaux, dates) donne des résultats très encourageants. Ce constat a mené à la réalisation d’un système hybride mêlant des modèles à base de corpus et des modèles à base de connaissance. Dans un second temps, nous nous appliquons à adapter notre système de compréhension à une application de dialogue simple : un système de routage d’appel. La problématique de cette tâche est le manque de données d’apprentissage spécifiques au domaine. Nous la résolvons en partie en utilisant divers corpus déjà à notre disposition. Lors de ce processus, nous conservons les données génériques acquises lors de la campagne MEDIA et nous y intégrons les données spécifiques au domaine. Nous montrons l’intérêt d’intégrer une tâche de classification d’appel dans un processus de compréhension de la parole spontanée. Malheureusement, nous disposons de très peu de données d’apprentissage relatives au domaine de la tâche. En utilisant notre approche intégrée de décodage conceptuel, conjointement à un processus de filtrage, nous proposons une approche sous forme de sac de mots et de concepts. Cette approche exploitée par un classifieur permet d’obtenir des taux de classification d’appels encourageants sur le corpus de test, alors que le WER est assez élevé. L’application des méthodes développées lors de la campagne MEDIA nous permet d’améliorer la robustesse du processus de routage d’appels.

  • Titre traduit

    Corpus-based spoken language understanding for mixed initiative spoken dialog systems


  • Résumé

    Spoken dialogues systems are interfaces between users and services. Simple examples of services for which theses dialogue systems can be used include : banking, booking (hotels, trains, flights), etc. Dialogue systems are composed of a number of modules. The main modules include Automatic Speech Recognition (ASR), Spoken Language Understanding (SLU), Dialogue Management and Speech Generation. In this thesis, we concentrate on the Spoken Language Understanding component of dialogue systems. In the past, it has usual to separate the Spoken Language Understanding process from that of Automatic Speech Recognition. First, the Automatic Speech Recognition process finds the best word hypothesis. Given this hypothesis, we then find the best semantic interpretation. This thesis presents a method for the robust extraction of basic conceptual constituents (or concepts) from an audio message. The conceptual decoding model proposed follows a stochastic paradigm and is directly integrated into the Automatic Speech Recognition process. This approach allows us to keep the probabilistic search space on sequences of words produced by the Automatic Speech Recognition module, and to project it to a probabilistic search space of sequences of concepts. The experiments carried out on the French spoken dialogue corpus MEDIA, available through ELDA, show that the performance reached by our new approach is better than the traditional sequential approach. As a starting point for evaluation, the effect that deterioration of word error rate (WER) has on SLU systems is examined though use of different ASR outputs. The SLU performance appears to decrease lineary as a function of ASR word error rate.We show, however, that the proposed integrated method of searching for both words and concets, gives better results to that of a traditionnanl sequential approach. In order to validate our approach, we conduct experiments on the MEDIA corpus in the same assessment conditions used during the MEDIA campaign. The goal is toproduce error-free semantic interpretations from transcripts. The results show that the performance achieved by our model is as good as the systems involved in the evaluation campaign. Studies made on the MEDIA corpus show the concept error rate is related to the word error rate, the size of the training corpus and a priori knwoledge added to conceptual model languages. Error analyses show the interest of modifying the probabilities of word lattice with triggers, a template cache or by using arbitrary rules requiring passage through a portion of the graph and applying the presence of triggers (words or concepts) based on history. Methods based on machine learning are generally quite demanding in terms of amount of training data required. By changing the size of the training corpus, the minimum and the optimal number of dialogues needed for training conceptual language models can be measured. Research conducted in this thesis aims to determine the size of corpus necessary for training conceptual language models from which the semantic evaluation scores stagnated. A correlation is established between the necessary corpus size for learning and the corpus size necessary to validate the manual annotations. In the case of the MEDIA evaluation campaign, it took roughly the same number of examples, first to validate the semantic annotations and, secondly, to obtain a "quality" corpus-trained stochastic model. The addition of a priori knowledge to our stochastic models reduce significantly the size of the training corpus needed to achieve the same scores as a fully stochastic system (nearly half the size for the same score). It allows us to confirm that the addition of basic intuitive rules (numbers, zip codes, dates) gives very encouraging results. It leeds us to create a hybrid system combining corpus-based and knowledge-based models. The second part of the thesis examines the application of the understanding module to another simple dialogue system task, a callrouting system. A problem with this specific task is a lack of data available for training the requiered language models. We attempt to resolve this issue by supplementing he in-domain data with various other generic corpora already available, and data from the MEDIA campaing. We show the benefits of integrating a call classification task in a SLU process. Unfortunately, we have very little training corpus in the field under consideration. By using our integrated approach to decode concepts, along with an integrated process, we propose a bag of words and concepts approach. This approach used by a classifier achieved encouraging call classification rates on the test corpus, while the WER was relativelyhigh. The methods developed are shown to improve the call routing system process robustness.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.