Livres et lecteurs à l'Aube des Temps modernes

par Nedka Kapralova

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Alain Vuillemin et de Nadâ Danova.

Soutenue en 2008

à l'Artois en cotutelle avec Bʺlgarska akademiâ na naukite .


  • Résumé

    La souscription littéraire est un phénomène qui a existé presque partout en Europe au XIXe siècle. Son début est posé en Angleterre pendant la seconde moitié du XVIIe siècle, pour être vite suivi en Hollande, en France, en Allemagne, en Belgique et dans d’autres pays où, au XIXe siècle, elle prit l’aspect d’une pratique commerciale liée à la diffusion des imprimés. En Europe du Sud-Est elle fut imitée dès le XVIIIe siècle, au début en Grèce, puis en Serbie, en Roumanie et enfin en Bulgarie à partir de 1806. L’analyse des listes des souscripteurs a pour base essentielle le phénomène bulgare et concerne la période de 1806 à 1856 que l’on pourrait définir comme « aube des Temps modernes » en comprenant 78 listes publiées. L’originalité de la démarche consiste dans le fait d’utiliser ces listes, pour la première fois complètement inventoriées, pour démontrer, avec l’aide d’autres textes en appui, la place de la souscription sur trois plans principaux : son lien avec les pratiques archaïques de la donation, conçue comme « fait social total », qui la situe dans le champs de la continuité culturelle ; son rôle dans le processus de constitution de la normativité socioculturelle et littéraire de l’époque ; son importance comme source primordiale pour l’étude des lecteurs et des lectures, en permettant de proposer la notion plus précise d’auditoire réceptif composé d’un noyau de lecteurs et d’une périphérie de lecteurs et d’auditeurs, ainsi que de voir la diffusion géographique et sociale des imprimés qui prouve le caractère urbain du Réveil national bulgare tout en soulignant l’aspect sacré attribué au livre par les Bulgares du XIXe siècle.

  • Titre traduit

    Books and readers in the early modern temps


  • Résumé

    The book subscription was a phenomenon that covered almost all Europe in the 19th century. It grew up in England in the second half of 17th century and quickly extended over the Netherlands, France, Germany, Belgium and other countries where in the 19th century was transformed into commercial practice related mainly to the distribution of books. In Southeastern Europe this practice was adopted in 18th century, at first in Greece, then in Serbia, Romania, as well as in Bulgaria since 1806. This research is based entirely on the Bulgarian sources (78 printed book subscription lists) and cover the period 1806–1856, which can be defined as early modern times for Bulgaria. Originality of the research approach find expression in the using of the data from these lists, for the first time completely processed, as a source of information and data to demonstrate, with the help of other supporting texts, the place of the book subscription in three main areas related to the sociocultural situation in 19th century: the archaic practice of donation, perceived as a “total social fact”, which sets the book subscription in the field of cultural continuity; its role in the process of establishing the cultural and literary norm of the period; its importance as a primary source for the study of readers, enabling introduction of a more precise term ‘perceivers’ audience’ composed of a core of readers and periphery of readers and listeners; an analysis of geographical and social distribution of books which proved the urban character of the Bulgarian National Revival, emphasizing sacred character attributed to the book by Bulgarians in 19th century.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (381 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 293

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Artois (Arras, Pas-de-Calais). Bibliothèque de Sciences humaines et sociales, Arts, Lettres et Langues.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THE 2008ARTO0007
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.