Le roman historique pour le jeunesse en France au XIXe siècle

par Danielle Berthier

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Francis Marcoin.

Soutenue en 2008

à l'Artois .


  • Résumé

    But de ce travail : étudier l’apparition et l’évolution du roman historique pour la jeunesse au cours du dix-neuvième siècle. Des récits moraux apparurent dans la mouvance des « Œuvres des bons livres » et chez les éditeurs catholiques qui créèrent des collections spécialisées dans l’éducation morale de la jeunesse. Les romans historiques devenus à présent des « classiques » pour la jeunesse étaient alors considérés comme subversifs et ne connurent d’éditions destinées aux jeunes que rarement et accompagnées d’un luxe de précautions. Le fait de mettre l’histoire en roman n’était guère apprécié dans les milieux éducatifs, même si on racontait l��histoire – à la façon d’un Augustin Thierry par exemple – et même si on a finalement suivi le mouvement romantique et le goût invincible pour l’histoire. Les premiers romans historiques pour la jeunesse concernèrent le Moyen Âge et l’idéal chevaleresque, idéal que l’on transposa sur la période révolutionnaire. Les régimes politiques successifs jouèrent un rôle dans le développement du genre, en encourageant certains aspects idéologiques ou matériels. De nombreuses œuvres connurent une belle longévité, à l’instar de l’ensemble de la production éditoriale. L’apparition de l’idée de préhistoire, coïncidant avec l’installation de la République, fut la cause d’un renouvellement du regard sur le passé. Malgré tout, on peut affirmer que le passé connut au cours du siècle un traitement stable, né des courants divergents dus à la Révolution.

  • Titre traduit

    The historical novel for youth in France in the nineteenth century


  • Résumé

    This work tries to explain the way how the historical novel for children appeared and evolved during the nineteenth century. Moral novels appeared within the “Œuvres des bons livres” and with the Catholic publishers who created collections specialised in moral education. Historical novels turned “classical” novels were considered at this time as subversive and were published for the youth rarely and with a great number of precautions. To tell history in a novel – as Augustin Thierry did for example - was badly considered among educational circles, even if the romantic movement and the taste for history were finally victorious. The first youth historical novels told about the Middle Ages and the chivalrous ideal: this ideal applied to the Revolutionary period. Successive political régimes played a part in the development of the genre, fostering some ideologies and practices. Many books had a great longevity, as one can see in the general editorial production of the time. The appearance of the idea of Prehistory, coinciding with the establishment of the Republic, was the ground of a new look upon the past. However, one can say that the past was dealt with during the century in a stable way, born with the divergent trends resulting from the French Revolution.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (493-430 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 403-428. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Artois (Arras, Pas-de-Calais). Bibliothèque de Sciences humaines et sociales, Arts, Lettres et Langues.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THE 2008ARTO0001
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.