Bonne gouvernance, stratégies et performance des entreprises : le cas des entreprises maliennes

par Boubacary Amadou Cissé

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Alain Capiez.


  • Résumé

    Dans le cadre de cette recherche nous nous proposons d'étudier la relation entre l'organisation et son environnement. Plus spécifiquement nous nous intéresserons aux stratégies et aux performances des entreprises dans le contexte de pays en développement (cas du Mali). Une telle étude est intéressante en ce sens qu'elle permet non seulement d'établir des associations et surtout de nous renseigner sur le rôle des caractéristiques nationales dans l'explication des différences de stratégies et de performances. De ce fait notre étude s'articule autour de la question de savoir comment les pratiques dites de bonne gouvernance influencent les stratégies et la performance des entreprises maliennes. C'est ainsi que nous avons eu à puiser dans différents corpus théoriques pour retenir essentiellement quatre : institutionnalisation, la bonne gouvernance, les stratégies et les performances. Ces théories nous permettent de tenir compte à la fois des déterminants de la bonne gouvernance de la performance ainsi que le cadre institutionnel. Partant de là nous proposons une approche qui met en évidence l'imporance non seulement de la qualité institutionnelle, celui des facteurs propres à l'entreprise ainsi que des caractéristiques sectorielles. Ceux-ci influencent conjointement les stratégies et la performance des entreprises. Etant donné la nature de notre sujet de recherche nous avons opté pour une approche descriptive puisque les concepts utilisés ont fait l'objet d'études dans la plupart des recherches. Nous avons choisi le Mali comme terrain d'étude et 120 entreprises comme échantillon auxquels nous avons soumis un questionnaire. L'analyse factorielle nous a permis de dégager un certain nombre de facteurs susceptibles d'influencer les choix stratégiques et la performance des entreprises. Ces facteurs relèvent à la fois du cadre institutionnel, et des caractéristiques sectorielles. Du fait de l'existence d'une hétérogénéité dans la manière dont les entreprises réagissent à leur environnement d'une part ; et d'autre part de la présence de nombreuses variables explicatives et médiatrices, nous avons préféré utiliser la méthode des classes latentes. Cette méthode nous a permis de comprendre que l'influence de la gouvernance dépend du type d'entreprises et de la dimension de la gouvernance prise en compte.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XII-252 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 212-241

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Section Droit - Economie - Santé.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.