Balthus et la question du portrait dans les années trente

par Camille Viéville

Thèse de doctorat en Histoire de l'art contemporain

Sous la direction de Emmanuel Pernoud.

Soutenue en 2008

à Amiens .


  • Résumé

    Dans les années trente, Balthus réalise de nombreux portraits. Le genre, florissant, attire les artistes les plus divers (Despiau, Picasso, Masson, etc. ) et suscite un vif débat, en témoignent les positions très opposées d’un Waldemar George et d’un Georges Bataille. La question du portrait et de la figure cristallise alors les antagonismes de la critique d’art. Le portrait balthusien investit une multitude de champs (intimité, mondanité, autoportrait, amitiés artistiques et intellectuelles, copie). L’analyse du corpus permet de saisir la complexité des processus plastiques, la place de l'histoire du portrait et l’emprise sur les modèles. Ces portraits stimulent une réflexion de premier plan, celle d’Artaud, de Jouve, puis celles de Klossowski et de Starobinski. Ils conçoivent tour à tour le portrait balthusien comme une création divinatoire, magique, nietzschéenne. Parallèlement, Balthus développe une pensée esthétique du portrait, fortement marquée par une conception romantique et littéraire

  • Titre traduit

    Balthus and the question of the portrait in the thirties


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    During the thirties, Balthus painted many portraits. Artists across a broad spectrum (Despiau, Picasso, Masson among many) were attracted to a florishing genre that provoked lively debate, as evidenced in the antithetical positions of critics like Waldemar George and Georges Bataille. In Balthus’s hands, the portrait occupies multiple spaces : intimacy, worldliness, self-portraiture, intellectual and artistic affiliations, the copy. Analysis of this corpus enables us to grasp the complexity of the plastic processes involved, the role of the portrait history, and Balthus’s hold over his models. Balthus’s portraits provoke an initial series of reflections by Artaud and Jouve, followed by those of Klossowski and Starobinski. In turn, they conceive of his portraits as divinatory, magical, or nietszchean creations, even as Balthus elaborates an aesthetic of the portrait strongly marked by romantic and literary ideas

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Flammarion à Paris

Balthus et le portrait


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1079 ff.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 470-519. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Picardie Jules Verne. Bibliothèque universitaire. Pôle Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : W 11052/1-2-3

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/4002
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Flammarion à Paris

Informations

  • Sous le titre : Balthus et le portrait
  • Détails : 1 vol. (206 p.)
  • ISBN : 978-2-08-126143-3
  • Annexes : Bibliogr. p. [187]-199. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.