Personnalité juridique et subjectivité philiosophique

par François Chevallier

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Jean-Louis Bergel.

Soutenue en 2008

à Aix-Marseille 3 .


  • Résumé

    La personnalité juridique, notion qui s’articule à celle de subjectivité, émerge au cours de l’histoire du droit, de façon contemporaine au concept de sujet dans l’histoire de la philosophie. Personnalité juridique et subjectivité philosophique se construisent de manière convergente avec l’avènement de la modernité jusqu’à une période classique, elles divergent ensuite. Pendant que le concept de sujet se trouve affecté d’une problématique « post-moderne », la science juridique, dans son approche du phénomène personnel, semble conserver de façon privilégiée pour fonds philosophique de référence, un axe « cartésiano-kantien ». Le constat de cet écart, qui est de nature épistémologique, renvoi, à partir d’une analyse conceptuelle axée sur la subjectivité, puis opérationnelle dans le domaine particulier de la culpabilité et de la responsabilité, à la question de savoir si le droit ne gagnerait pas en puissance scientifique, à prendre plus de distance avec les deux grandes figures philosophiques classiques de la transcendance : le divin et le sujet, réhabilitant en cela, la tradition philosophique de l’immanence.

  • Titre traduit

    Juridic personality and philosophical subjectivity


  • Résumé

    The notion of juridic personality which refers to that of subjectivity emerges in the history of law, contemporarily with the concept of subject in the history of philosophy. Juridic personality and philosophical subjectivity develop in convergence with the advent of modernity up to the classical period, then they diverge. While the concept of subject is affected during the « post-modern » period, the juridical science in its approach of personal phenomenon seems to conserve in a privileged way, the philosophical basis of reference of Descartes and Kant. This gap has a epistemological nature. A conceptual analysis of personality and subjectivity, and a practical approach of subjectivity in the domain of culpability and responsibility, lead to the conclusion of a necessity for the law science to take more distance with the two great traditional figures of transcendence : the divine and the subject, in rehabilitating the philosophical tradition of immanence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (250 f.)
  • Annexes : Bibliogr.f.232-244

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de droit, science politique et économie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : AIX TD 2696
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.