Altéractions émotionnelles dans les épilepsies : approches électrophysiologique et psychocognitive

par Laura Lanteaume

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Mireille Bastien Toniazzo.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Emotional alterations in epilepsy. Electrophysiological and cognitive approaches.


  • Résumé

    Ce travail de thèse porte sur l'étude des altérations émotionnelles, transitoires ou durables, et de leurs composantes subjective, physiologique et cognitive, chez des patients épileptiques. Notre première étude traite de l'implication de l'amygdale dans le ressenti des émotions. Elle mesure l'intensité des changements affectifs et les variations des réponses physiologiques. Pour cela, des stimulations électriques sont directement appliquées dans l'amygdale, chez des patients épileptiques ayant une exploration intracérébrale, de leur épilepsie. Les activations de l'amygdale induisent des émotions basiques, brèves et intenses, qui s'accompagnent de modifications spécifiques des réponses physiologiques. Les résultats suggèrent aussi une possible spécialisation de l'amygdale droite dans les émotions négatives et de l'amygdale gauche dans les émotions positives. Notre deuxième étude porte sur des modifications émotionnelles chroniques associées aux épilepsies du lobe frontal et du lobe temporal. Elle s'intéresse en particulier à l'impact de la sensibilité au stress dans la survenue des crises et de l'influence de cette "vulnérabilité émotionnelle" dans l'attention. Dans une grande majorité de patients, cette vulnérabilité émotionnelle se caractérise par des biais attentionnels dirigés vers des stimuli aversifs. Dans les deux formes d'épilepsies, le genre semble être un facteur de variabilité inter-individuelle dans la vulnérabilité affective et cognitive (plus forte chez les femmes). Ces investigations ont permis d'objectiver les changements affectifs grâce à des approches électrophysiologique et psychocognitive. Il en résulte que la production d'une émotion et les réponses physiologiques sont dépendantes de l'amygdale, avec une possible spécialisation hémisphérique en fonction de la valence. L'expression consciente de l'émotion nécessite probablement le recrutement d'autres structures cérébrales. Dans le cas de modifications durables (vulnérabilité émotionnelle), il y a une interaction entre les émotions et la cognition. L'influence du genre dans la vulnérabilité affective et cognitive pourraît être envisagée en terme de différences, dans la latéralité cérébrale et dans la régulation hormonale, entre les hommes et les femmes. Enfin, la genèse et la régualtion des émotions seraient intimement liées aux processus attentionnels récessitant alors une implicaton conjointe des réseaux de structures neurales impliqués dans les émotions et dans l'attention.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (217 f.)
  • Annexes : Bibliogr. ff. 162-182

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.