Etude de l'impact de bactéries environnementales sur la spéculation de l'uranium en vue de processus de bioremédiation

par Guillaume Untereiner

Thèse de doctorat en Microbiologie

Sous la direction de Jean-Claude Meunier.

Soutenue en 2008

à Paris, AgroParisTech .


  • Résumé

    L’uranium est un toxique à la fois chimique et radiologique. C’est un élément que l’on retrouve à faible concentration dans l’environnement sauf lors de pollutions causées par les activités humaines. Du fait de sa forte réactivité, l’ion uranyle peut se complexer à de nombreux constituants du sol, qu’ils soient minéraux ou organiques. Ces différentes formes peuvent être ainsi plus ou moins biodisponibles pour les microorganismes et les plantes et peuvent ensuite rentrer dans la chaîne alimentaire de l’homme. La connaissance et la compréhension des mécanismes de transfert et du devenir d’éléments toxiques chimiques et radiologiques dans la biosphère constituent donc un enjeu capital pour permettre une bonne estimation des risques sanitaires et écologiques. La connaissance de la spéciation est capitale pour engager des processus de biorémédiation. Ici, c’est l’effet des microorganismes sur la spéciation de l’uranium dans l’environnement qui nous intéresse. Selon les formes initiales de l’uranium, les bactéries peuvent l’accumuler et/ou le transformer et ainsi modifier sa biodisponibilité. Les modèles utilisés dans cette étude sont Cupriavidus metallidurans CH34, bactérie tellurique résistante aux métaux lourds, Deinococcus radiodurans R1, bactérie connue pour être une des espèces les plus radiorésistantes et Rhodopseudomonas palustris, bactérie pourpre autotrophe capable de dégrader les composés aromatiques en anaérobie. Ces bactéries sont cultivées en présence de deux formes d’uranium retrouvées dans l’environnement : une forme minérale, le carbonate d’uranyle et une forme organique, le citrate d’uranyle. Ces formes ont d’abord été modélisées et les milieux de culture ont été modifiés pour pouvoir travailler avec ces espèces. La capacité des bactéries à résister, à transformer et/ou accumuler l’uranium a été étudiée. On observe une différence entre les concentrations minimales inhibitrices des deux spéciations mais celle-ci est en fait due à une différence de biodisponibilité des phosphates. Aucune accumulation ne semble être mise en évidence aux pH environnementaux par dosage de l’uranium et par observation au microscope électronique à transmission alors qu'une précipitation est observée à pH 1. La spéciation de l’uranium a été étudiée par spectroscopie d’absorption X (EXAFS). La spéciation est bien maitrisée dans les milieux de culture et les précipités observés aux pH très acide sont ces complexes de phosphates d'uranyle.

  • Titre traduit

    Study of the impact of environmental bacteria ob uranium speciation in oreder to engage bioremediation process


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (294 p.)
  • Annexes : Bibliographie 177 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Centre de Paris Claude Bernard. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.