Flux de protéines endogènes dans l'intestin et métabolisme postprandial des acides aminés alimentaires chez les mammifères monogastriques et chez l'homme

par Amélie Deglaire

Thèse de doctorat en Nutrition humaine

Sous la direction de Daniel Tomé et de Paul J. Moughan.

  • Titre traduit

    Gut endogenous protein flows and postprandial metabolic utilization of dietary amino acids in simple-stomached animals and humans


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La qualité nutritionnelle des protéines alimentaires dépend de deux paramètres clés : la digestibilité iléale vraie et l’utilisation métabolique des acides aminés (AA) absorbés. Les objectifs de cette étude étaient de déterminer l’influence de deux facteurs alimentaires (facteurs antinutritionnels et peptides) sur les flux iléaux de protéines endogènes; de valider la technique d’intubation utilisée chez l’homme pour prélever des effluents iléaux; de comparer le métabolisme postprandial d’AA alimentaires suivant leur forme d’ingestion; d’évaluer la validité du modèle porc pour prédire la digestibilité protéique chez l’homme. Les investigations se sont déroulées chez le rat, le porc et l’homme. Les effluents iléaux étaient collectés chez le rat après euthanasie, chez le porc vivant équipé d’une canule en aval de la valve iléo-caecal et chez l’homme conscient équipé d’une sonde naso-iléale. L’azote (N) et les AA endogènes iléaux étaient déterminés suite à un repas protéiprive (PP), un repas contenant de la caséine, intacte (C) ou hydrolysée (HC), marquée avec l’isotope stable 15N ou un repas à base d’AA libres (A) mimant la composition de la caséine et privé de certains AA non essentiels afin de mesurer directement leur flux endogènes. De plus, la centrifugation et ultrafiltration des effluents HC permettaient de déterminer les protéines endogènes iléales et le recyclage d’N alimentaire (15N). Les facteurs antinutritionnels issus d’un extrait brut de haricots (Phaseolus vulgaris), ingérés au niveau habituel de consommation chez l’homme, augmentaient les flux iléaux de protéines endogènes (rat, repas PP). Après adaptation au repas, le bilan azoté corporel per se n’avait pas d’influence sur les flux iléaux de protéines endogènes (rat, repas PF et A) mais les peptides alimentaires (repas HC) augmentaient les flux iléaux d’AA et N endogènes par rapport au repas PP. Les peptides alimentaires (HC), comparés aux peptides libérés naturellement dans l’intestin au cours de la digestion (C), n’augmentaient pas les flux iléaux de protéines endogènes (rat, porc, homme). Le recyclage d’N alimentaire dans les protéines endogènes était maximal chez le rat nourri en continu, plus faible chez le porc nourri en aigu et minimum chez l’homme nourri en aigu (respectivement : 65, 21 et 11%). Par ailleurs, ces recherches ont montré que l’intubation naso-iléale utilisée pour prélever des effluents iléaux chez l’homme était une méthode juste et que le porc était un modèle valide pour prédire la digestibilité iléale vraie chez l’homme. Enfin, la forme d’ingestion des AA alimentaires (HC ou C) influençaient le devenir métabolique des AA alimentaires, en particulier par rapport aux cinétiques de catabolisme des AA. Cependant, la valeur nutritionnelle était, au final, similaire pour HC et C.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 300 p.)
  • Annexes : Bibliographie 83 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Centre de Paris. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.