L'approvisionnement céramique de Javols-Anderitum de la fin du Ier s. Av. Au IIIème s. Ap. J. -C. Dans son contexte chrono-typologique, économique et culturel pour le Sud-Est du Massif Central

par Emmanuel Marot

Thèse de doctorat en Histoire. Archéologie

Sous la direction de Alain Ferdière.

Soutenue en 2007

à Tours .


  • Résumé

    La connaissance céramologique pour le Haut-Empire dans le sud-est du Massif Central présente de nombreux paradoxes : alors que cette région contient aux 1er et 2e siècles de puissantes officines distribuant leurs céramiques fines à travers tout l'Empire, on connaît très mal la vaisselle consommée dans la région même. L'étude présentée ici se propose de combler en partie ce vide documentaire, en prenant comme focale le site de Javols-Anderitum, chef-lieu antique de la cité des Gabales (actuelle Lozère). A partir d'ensembles céramiques homogènes allant de la fin du 1er siècle av. J. -C. à la fin du 3e siècle, l'analyse s'est attachée à étudier les catégories céramiques en vigueur à Javols, à en cerner la chronologie, la fonction et l'origine. Cette étude a donc permis d'établir plusieurs référentiels chrono-typologiques qui sont ouverts aux recherches futures et devraient permettre une meilleure discussion entre archéologues. L'analyse s'est aussi attachée à replacer la consommation céramique des habitants de cette capitale gallo-romaine dans un cadre économique et culturel plus vaste. Ainsi, il apparaît que, dès les premiers temps du chef-lieu gabale, la pénétration du modèle méditerranéen est très fortement perceptible au travers de la vaisselle de table. Toutefois, cette acculturation s'acquiert non par des importations italiques, mais par une continuité de liens culturels économiques et commerciaux avec les Arvennes au nord et par l'émergence des grandes officines de Gaule au sud. La batterie culinaire, en revanche, si elle profite des progrès techniques réalisés par les artisans potiers, ne marque pas l'adoption franche d'une alimentation à la romaine. D'un point de vue économique, l'approvisionnement céramique de Javols et d'autres sites régionaux paraît étroitement lié, jusqu'à la fidélité, aux grandes officines de Gaule du sud, principalement à La Graufesenque. Ces sites de consommation profitent alors de l'essor de l'atelier rutène mais souffrent tout autant de l'arrêt de ses productions et doivent y répondre par l'émergence d'un nouveau vaisselier original à partir du 2ème s. Après J. -C.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The south-east Massif Central's ceramological knowledge during the Upper Empire leads to numerous pardoxes : whereas this area includes in the 1st and 2nd centuries leading workshops dealing out their fine ceramics throughout the whole Empire, one bare knows the crockery used in this area. This study aims at filing partly this documentary gap, focusing on the site of Javols-Anderitum, the Gabales' city ancient chief town (Lozère, nowadays). The analysis, which delt with homogeneous ceramic sets dating back to the end of the 1st century b. C. Until the end of the 3d century p. C. , intended to study the ceramic categories present in Javols, as well as to identify their chronology, function and origin. This work therefore managed to establish different chrono-typological referentials, which remain open to further research and should allow better discussion between archaeologists. The analysis also intended to set the ceramics the inhabitants of this gallo-roman capital used in a wider economical and cultural frame. Since the very beginnings of the Gabales' chief town, the mediterranean model's penetration thus apparead quite deep as far as crockery is concerned. Yet this acculturation occurred not because of italic import, but is rather on the one hand the consequence of unbroken cultural, economical and commercial links with Arverns on the north, on the other the result of leading workshops emerging in the soul of Gaul. The whole set of kitchen ustensils, through tooking advantage of potters' technical improvements, nevertheless betrays not a clear adoption of a roman alimentation. From an economical point of view, Javols' as well as other local sites' ceramic supplies seem to be tightly fastened with the leading workshops from the south of Gaul, especially with La Gaufresenque. Those consumption sites then take advantage from the Rutenian workshop's rise, yet all the more suffer from its production breaking off, hence the emergence of a new and original crockery from the middle of the 2nd century p. C.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (842 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.673-702. Notes bibliogr. Glossaire

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université. Section Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.