Apprentissages visuels chez l'abeille Apis mellifera : de la généralisation à l'extraction de règles

par Julie Benard

Thèse de doctorat en Neurosciences cognitives

Sous la direction de Martin Giurfa.

Soutenue en 2007

à Toulouse 3 .


  • Résumé

    Ce travail présente différents types d'apprentissages visuels de complexité cognitive croissante, chez l'abeille Apis mellifera en libre vol, allant de la généralisation de couleurs à l'extraction de règles. Notre première étude suggère que les gradients de généralisation générés par deux couleurs récompensées s'additionnent linéairement pour donner un gradient de généralisation résultant. Nous avons également observé des asymétries dans les gradients de généralisation, indépendantes de la distance perceptive entre stimuli. Notre seconde étude, directement motivée par la présence de ces asymétries, montre que les abeilles peuvent catégoriser des couleurs en deux catégories " jaunâtre " vs. " bleuâtre ". Dans une troisième série d'expériences utilisant des patterns achromatiques, nous montrons que les abeilles peuvent intégrer différentes orientations dans une représentation de type configurale et l'utiliser pour catégoriser de nouveaux patterns. Enfin, notre quatrième étude s'intéressant aux inférences transitives ne met pas en évidence ce type de raisonnement notamment à cause de contraintes mnésiques présentes chez l'abeille. L'ensemble de ce travail contribue à la compréhension des capacités cognitives des insectes dans le domaine visuel, permettant ainsi une meilleure définition de notre modèle afin de réaliser de façon appropriée des études comparées d'un point de vue cognitif.

  • Titre traduit

    Visual learning in the honeybees Apis mellifera : from generalization to rule extraction


  • Résumé

    This work presents different kind of visual learning with increasing cognitive requirements in free-flying honeybees Apis mellifera, from color generalization to rules extraction. We first study color generalization in bees trained to two rewarding colors, and we observe that their performances are consistent with a linear summation of the two generalization gradients generated by two trained colors. These gradients are asymmetric as control bees respond to the test stimuli as if these belong to different similarity classes in spite of having similar perceptual distances separating them. Our results suggest that color categories could exist in honeybees. Therefore, in a second study we show that bees can master a color categorization task. Bees treat bluish and yellowish stimuli as belonging to different classes. In a third study, we show that bees trained with complex achromatic patterns sharing a common layout comprising four edge orientations remember these orientations simultaneously in their appropriate positions. Moreover, we show that bees can use this kind of representation to categorize novel stimuli, and that stimulation of the achromatic L-photoreceptor is necessary for this task. In the last study, we asked whether bees could solve a transitive inference problem. We find that bees do not establish transitive inferences but, rather, guide their choices by the joint action of a recency effect and the associative strength of the stimuli. This all work contributes to a better comprehension of the visual cognitive abilities in insects and to determine precisely the abilities of the small bee brain to situate cognitive research into an appropriate comparative frame.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (204 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 170-174

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007TOU30222
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.