Phénotype et différenciation des cellules du follicule fibreux dentaire : implication des bone morphogenetic proteins (bmps) et de leurs récepteurs

par Philippe Kemoun

Thèse de doctorat en Physiopathologie cellulaire et intégrée. Physiopathologie

Sous la direction de Jean-Pierre Salles et de Gérard Brunel.

Soutenue en 2007

à Toulouse 3 .

  • Titre traduit

    Dental follicle cells phenotype and differentiation : involvement of “bone morphogenetic proteins (bmps)” and their receptors


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La prévalence des parodontopathies, caractérisées par la perte des tissus de soutien de la dent, constitue un enjeu de santé publique. Les thérapeutiques régénératives du parodonte s'orientent vers l'utilisation de facteurs biologiques. Les « Bone Morphogenetic Proteins ; BMPs ») et les dérivés de la matrice de l'émail (« Enamel Matrix Derivative ; EMD ») sont ainsi des inducteurs potentiels de cellules mésenchymateuses progénitrices du follicule fibreux (FF). Leurs effets ont été analysés chez la souris et chez l'homme en immunohistochimie et en biologie cellulaire. Les résultats démontrent que les BMPs et leurs récepteurs sont impliqués dans la différenciation de cellules progénitrices du FF en les orientant vers le phénotype cémentoblastique. Une partie de l'effet des EMD paraît également due aux BMPs. Ces données suggèrent de nouvelles modalités originales pour la régénération parodontale et cémentaire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (81 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 76-80

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2007TOU30086
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.