Les émotions morales : approche psychologique et neurofonctionnelle

par Gayannée Kedia

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Denis J. Hilton et de Jean-Luc Martinot.

Soutenue en 2007

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Objectif : Explorer les relations entre : (1) le comportement altruiste (don d’argent à des associations humanitaires), (2) les traits de personnalité (anxiété, sentiment de culpabilité, empathie et raisonnement moral) et (3) l’activité cérébrale en réponse à des stimuli générant de la colère contre soi, un sentiment de culpabilité, de la colère contre autrui et de la compassion. Résultats : Les personnes qui avaient le plus tendance à culpabiliser et à éprouver de l’anxiété se montraient les plus généreuses dans la tâche de comportement altruiste. Le sentiment de culpabilité et l’anxiété étaient également les seules dimensions de la personnalité à être corrélées aux activations cérébrales, dans des structures essentielles à la prise de décision en situation sociale (insula et cortex préfrontal ventromédian). En outre, le fait de s’imaginer dans des situations associées à un sentiment de culpabilité suractivait ce même réseau (insula et amygdale). Conclusion : Ces résultats suggèrent que le sentiment de culpabilité et l’anxiété jouent un rôle central dans le traitement des situations morales et la détermination des comportements altruistes.

  • Titre traduit

    Moral emotions : psychological and neurofunctional approach


  • Résumé

    Converging evidence in neuroscience and psychology has recently suggested that moral behaviour relies to a greater extent on affective mechanisms than on cognitive processes. On the one hand social psychology studies have demonstrated that moral emotions, in particular guilt and empathy, are powerful driving forces behind moral behaviour. On the other hand, neuroimaging experiments, as well as studies on brain lesions, have highlighted that the cerebral processing of moral situations involves networks underlying emotions appraisal and regulation. The present study aimed at connecting these different levels of investigation in order to explore the relations between: (1) altruism (cash donation to charities), (2) personality traits (notably guilt, empathy and anxiety proneness, moral reasoning) and (3) cerebral activity in response to moral stimuli (self-anger, guilt, other-anger and compassion inducing situations) as measured by functional magnetic resonance imaging (fMRI). Results indicated that higher guilt proneness and state anxiety in participants were associated with donating money. Moreover, guilt and anxiety were the only personality traits to be correlated with brain activations, especially in structures of the limbic system – i. E. The insula and ventromedial prefrontal cortex – that have been shown to play a crucial role in social decision-making. Finally, our fMRI data revealed that picturing oneself in guilt inducing situations activated the same network, including the amygdala and insula. Therefore, these results strongly suggest that guilt and anxiety play a major role in the processing of moral situations and in motivating altruistic behaviour.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (387 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 275-307

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.