La tragédie à sujet romain, du Brutus de Voltaire à la Lucrèce de Ponsard

par Catherine Bec

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jean-Noël Pascal.

Soutenue en 2007

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Les tragédies romaines des XVIIIe et XIXe siècles n’ont qu'une piètre place dans les histoires littéraires. L'exceptionnelle longévité du genre, qui, depuis le XVIIe siècle, allie une forme fixe à des sujets qui empruntent aux mêmes pages d'histoire, tend à donner une impression de monotonie et d'usure, à laquelle on conclut trop vite. C'est oublier que ces tragédies sont au centre d'une vie théâtrale intense, où se reflètent les questions philosophiques et politiques du temps. Étroitement lié à la politique, le théâtre tragique devient un lieu de débat, puis une tribune, un instrument à la gloire du pouvoir ou un moyen de contestation. Nourries d'influences diverses, les tragédies romaines s'éloignent peu à peu de l'univers de convention auquel la critique moderne les restreint pour se rapprocher du naturel : grâce au jeu, à la déclamation, à la mise en scène, dont les codes ont été bouleversés, c'est une Rome bien vivante qui apparaît sur la scène tragique, témoignant des multiples nuances d'un genre qui a hésité longtemps entre classicisme et romantisme.

  • Titre traduit

    Roman tragedies, from Voltaire's Brutus to Ponsard's Lucrèce


  • Résumé

    The Roman tragedies of XVIIIth and XIXth centuries have only one poor place in the literary studies. The exceptional longevity of the genre, which, since the XVIIth century, combines a fixed form on subjects which draw their inspiration from the same pages of history, seems to give an impression of monotony and wear, to which one conclude too quickly. One must not forget that these tragedies are in the middle of an intense theatrical life, which reflects philosophical and political questions. Closely related to the policy, the tragic theatre becomes a place of debate, then of propaganda, an instrument to celebrate the government or a means of disputation. Receiving various influences, the roman tragedies leave progressively the universe of convention to which modern criticism restricts them, to become more natural : thanks to the actors and dramatists who transformed codes, Rome is really alive on the tragic scene, testifying to the multiple nuances of a genre which hesitated a long time between classicism and romanticism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (635 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 573-631

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.