Autour du Speculum sanctorale de Bernard Gui : ou l'écriture hagiographique, entre vues universelles, logiques grégaires et destins de clochers (XIIIe-milieu XIVe siècle)

par Agnès Dubreil-Arcin

Thèse de doctorat en Histoire médiévale

Sous la direction de Michelle Fournié et de Patrick Henriet.

Soutenue en 2007

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Ce travail rend compte de la confection, par le dominicain Bernard Gui, entre 1312/1316 et 1329, d'une collection de Vies de saints, intitulée Speculum sanctorale. Pour être comprise, cette œuvre de commande ne doit pas être coupée de son contexte et de ses héritages. Démarche comparatiste et recherche des sources permettent de montrer que Bernard Gui reprend à son compte la dimension identitaire du légendier d'ordre, apparue au XIIIe siècle, mais qu'il en change les perspectives. La réticence à trop abréger, le rejet des apocryphes, l'organisation de la matière, l'usage de la Catena aurea, définissent une encyclopédie hagiographique. Au delà de l'évolution de l'hagiographie dominicaine, le Speculum sanctorale diffuse les modèles de sainteté diffusés par la curie et supporte les objectifs de l'Eglise universelle. La comparaison de ce texte de commande avec les autres recueils hagiographiques de B. Gui montre qu'il est aussi un enjeu de l'articulation entre cultes locaux et universels.

  • Titre traduit

    Around Bernard Gui's Speculum sanctorale, or the hagiographical writing, between universal views, gregarious logics and local fates (XIIIth-XIVth century)


  • Résumé

    This work tells the writing by the dominican Bernard Gui, between 1312/1316 and 1329, of a collection of saints'lives, entitled Speculum sanctorale. To be understood, this work must not be cut by its context and by its inheritances. Comparisons and research for sources allow to show that Bernard Gui takes upon itself the identical dimension of the collection of saints'lives, appeared to the XIIIth century, but he changes the perspectives. The hesitation to cut down, the refusal of the apocrypha, the organization of saints'lives, the use of Catena aurea, define a hagiographical encyclopedia. Beyond the evolution of the dominican hagiography, Speculum sanctorale spreads the models of holiness diffused by the papal court and supports the objectives of the universal Church. The comparison of this text with the other hagiographical collections of B. Gui, shows that it is also a stake in the connection between local and universal workships.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Brepols publishers à Turnhout

Vies de saints, légendes de soi : l'écriture hagiographique dominicaine jusqu'au "Speculum sanctorale" de Bernard Gui ([mort en] 1331)


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (1114 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 894-895

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par Brepols publishers à Turnhout

Informations

  • Sous le titre : Vies de saints, légendes de soi : l'écriture hagiographique dominicaine jusqu'au "Speculum sanctorale" de Bernard Gui ([mort en] 1331)
  • Dans la collection : Hagiologia , volume 7
  • Détails : 1 vol. (535 p.-XIII p. de pl.)
  • ISBN : 978-2-503-53627-9
  • Annexes : Bibliogr. p. [435]-469. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.