Non nova, sed nove : un temps d'image pour s'inventer

par Julia Fabry

Thèse de doctorat en Arts plastiques

Sous la direction de Éric Vandecasteele.

Soutenue en 2007

à Saint-Etienne .


  • Résumé

    Sous forme de DVD, un film : "Trois lieux d'être", an trois parties : "La forge", "H. L. M. ", "Pianète", réinvestit les lieux de l'enfance. Investigation dans le temps et dans l'espace où toutes les matières se mélangent, où chaque vision prend une forme différente, où chaque image a ses qualités propres. Les lieux deviennent alors des espaces sublimés, propices à toutes les imaginations, mais ceux que nous avons toujours connus. La mémoire qui accompagne ce film lui donne un éclairage réflexif, y compris au sens littéral du terme. Dans sa double réflexion, il renvoie à l'oeuvre ses propres effets, comme en miroir, tout en lui associant la problématique "Non nova, Sed nove" : pas des choses nouvelles mais de la nouveauté, dont l'éclairage, à la lumière d'autres pratiques, donne une autre dimension aux images. La description problématique de l'objet plastique se fait dans un jeu d'entrelas permanent d'images dans le texte, qui font sens les unes par rapport aux autres. C'est l'iconographie qui donne au mémoire sa structure fondamentale pour accéder ensuite à un univers tout entier. C'est dans un double mouvement permanent entre surface et profondeur que s'installent mes images. Le travail tantôt sur la superficialité de l'image numérique, tantôt sur l'infinie profondeur que la superposition de ses couches peut entretenir, évoque une forme de palimpseste de points lumineux

  • Titre traduit

    Non nova, sed nove. The time of images : raw materials to invent ourselves


  • Résumé

    In the form of a DVD, a film : "Trois lieux d'être, in three parts : "La forge", "H. L. M. ", "Pianète" reinvest the places of childhood. Investigation in time and the space when all the matters mix, where each vision takes a different form, where each image has its specific qualities. The places then become sublimated spaces, favourable with all imaginations, but those which we always knew. The report which accompanies this film gives him a reflexive lighting, including in the literal sense of the trem. In its double reflexion it reference with work its own effects, as out of mirror, while associating the problems to him "Non nova, Sed nove" : not new things but of the innovation, whose lighting makes in the light of others practise gives another dimension to the images. The problematic description of the plastic object is done in a permanent play beetween images and text, which make direction the ones compared to the others. It is the iconography which gives to the report its fundamental structure to reach an entire universe then. It is in a double permanent movement between surface and depth that my images settle. Work sometimes on the superficiality of the digital image, sometimes on the infinite depth which the superposition of its layers can maintain, evokes a form palimpsest of luminous points

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (354 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.330-338. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Droit, Lettres, Sciences économiques et humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MFiche 223/3660
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.