Les demeures d'Evelyn Waugh

par Michael Verniquet

Thèse de doctorat en Littérature anglaise

Sous la direction de Nicole Terrien.

Soutenue en 2007

à Rouen .


  • Résumé

    Ce travail se propose d'explorer de façon systématique, et donc chronologique, les multiples facettes que prend le concept de demeure à travers l'œuvre de Waugh. Du début à la fin de sa vie, il n'a cessé de s'intéresser aux demeures, qui ont été ses compagnes de tous les instants, il les a décrites à l'envi et leur a donné un contenu symbolique indéniable que nous nous sommes efforcés de mettre en lumière. Les acceptions données par Waugh à la demeure se sont modifiées et enrichies avec le temps, mais il y a des constantes que nous avons soulignées. Nous avons retenu trois approches pour étudier notre sujet : le niveau de base est l'intérêt concret que Waugh porte aux constructions de son pays, ou d'ailleurs, et leur traduction dans l'œuvre littéraire, principalement, mais non exclusivement, romanesque. Le deuxième niveau est le contenu symbolique de ces demeures, rempart contre la barbarie moderne, reflet du caractère de son propriétaire jugé par sa considération pour ses vieilles pierres, symbole de la cité sainte assiégée par les forces du mal. Leur spécificité britannique a aussi retenu notre attention. Le troisième niveau de l'étude est proprement littéraire, Waugh avouant lui-même qu'il construisait ses romans comme un architecte bâtit une demeure. Waugh ayant choisi d'essayer de vivre comme un de ses personnages, il a semblé intéressant de confronter sa conception de l'habitat réel à celle qu'il met en scène, d'analyser ses connaissances en architecture, ainsi que la contradiction entre ses convictions catholiques et son grand besoin de paraître et de posséder.

  • Titre traduit

    The houses of Evelyn Waugh


  • Résumé

    The aim of this piece of research is to delve into the multi-faceted world of Evelyn Waugh's great houses, in a systematic and chronological way. A lifelong interest of his, he never tired of studying them: he described them thoroughly, never failing to convey their symbolic value, the strands of which we have striven to unravel. Over the years, Waugh segued from blind admiration into a more mature assessment of great houses, but they never ceased being a hallmark of his work. This thesis tackles the study of great houses in a three-pronged way: first, the study of the many buildings (British and foreign) that intersperse the novels, books and articles of Waugh; then, the symbolic value attributed to those buildings comes under scrutiny - they stand for civilization vs. The barbarity of the modern age, they are a metaphor of the holy city besieged by dark and evil forces, they are mirrors held up to the owners, reflecting their vices or virtues. The particular aspect of the British ness of the concept `house' is also pinpointed. Finally, as Waugh himself admitted to writing a book as if he were an architect building a house, this simile is consistently explored, and the way the novels are written dissected. Waugh tried to live the life of one his own characters, so Waugh's own houses is an avenue to go down. The true extent of his architectural knowledge is assessed, so is the contradiction between his Roman Catholicism and his thirst for material possessions and upward mobility aspirations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (641 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 629-641

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : XB5919
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.