Modulation du phénotype de multidrogues résistance de cellules leucémiques murines par une approche d'immunothérapie et de chimiothérapie adjuvante

par Laura Perrin

Thèse de doctorat en Pharmacie. Biologie cellulaire et moléculaire

Sous la direction de Claudie Madoulet et de Michel Tarpin.

Soutenue en 2007

à Reims .


  • Résumé

    L'@apparition de cellules tumorales résistantes aux agents anticancéreux demeure l'un des obstacles majeurs aux traitements chimiothérapeutiques des cancers. Parmi les mécanismes de résistance des cellules cancéreuses, la "multidrug resistance" (MDR) est sans nul doute le mieux connu. Ce phénotype MDR est en grande partie dû à la surexpression de la glycoprotéine , responsable de l’efflux de médicaments. Dans le but d’inhiber l’activité de cette glycoprotéine, nous avons développé, une stratégie d’immunothérapie anti-MDR. Des auto-anticorps spécifiques des boucles extracellulaires 1, 2 et 4 de la glycoprotéine P murine ont été induits chez la souris après immunisation avec des peptides synthétiques palmitoylés reconstitués dans des liposomes. Les animaux immunisés, ne présentent aucun symptôme d’auto-immunité 18 mois après l'immunisation, répondent mieux à la chimiothérapie à base de doxorubicine et de vinblastine, et ont une survie augmentée de 77%. In vitro, les sérums de souris immunisées sont capables de réduire la résistance à la chimiothérapie. Nous avons analysé par RT-PCR l’expression des gènes : mdr1 (ou mdr1a), mdr3 (ou mdr1b), tous deux actifs dans le transport d’agents anticancéreux, sur les cellules murines résistantes à la doxorubicine (B16 R, P388 R, L1210 R, LM(tk-) R) et dans les organes de souris immunisées. Les sérums de souris immunisées sont capables de réduire la résistance à la vinblastine et la doxorubicine en fonction de l'expression des gènes impliqués. Dans le souci de lutter contre la résistance aux agents anticancéreux, nous avons également développé une approche utilisant le trans-resvératrol sur des lignées cellulaires leucémiques (P388R, L1210R), fibroblastiques (LM(tk-)R) et démontré son pouvoir antiprolifératif et pro-apoptotique. Ces cellules cultivées en présence de doxorubicine avec des doses non toxiques de trans-resvératrol, retrouvent une sensibilité vis-à-vis de l’agent anticancéreux. De plus, nous avons constaté une accumulation de doxorubicine dans les cellules leucémiques ainsi qu’une modulation de l’expression du gène mdr1. Ces résultats montrent que ces deux approches pourraient être utiles dans une association aux traitements chimiothérapeutiques traditionnels pour lutter contre le mécanisme de résistance qui apparaît fréquemment dans le cancer.

  • Titre traduit

    Modulation of the multidrug resistance phenotype in murine leukemic cells by immunotherapy and adjuvant chemotherapy aproach


  • Résumé

    @Among the mechanisms by which cancer cells evade chemotherapy, multidrug resistance (MDR) is certainly the best known. Overproduction of a transmembrane glycoprotein, called P-glycoprotein, was found to correlate with the development of resistance phenotypes to number of unrelated drug and acts as an efflux pump. The aim of this study was to inhibit glycoprotein P activity. We developed an immunotherapy strategy anti-MDR. Specific auto-antibodies to extracellular loops 1, 2 and 4 of murine P-glycoprotein were elicited in mice using palmitoylated synthetic peptides reconstituted in liposomes, with or without Lipid A, and resuspended in alum. The immune response against lipopeptides shows an increase of IgG anti-mpp2 at the third immunization Animals did not show any auto-immune symptoms or induced toxicity up to 18 months after the immunization, answer better of chemotherapy treatments with doxorubicin and vinblastine, an increase of 77% in the survival half time is observed. In vitro, immunized mice sera are able to decrease resistance to chemotherapy. In mice, three mdr isoforms expressed in some normal tissues are known. We analysed by RT-PCR the expression of mdr1, mdr2 and mdr3 in several organs of B6D2F1 mice after vaccination and murine cells. Culture of murine cell lines resistant to doxorubicin (B16R, P388R, L1210R, LM(tk-)R) in the presence of elicited antibodies led to decrease cellular resistance to Vinblastine and Doxorubicin according to mdr genes expression. To reverse the drug resistance, we used trans-resveratrol (trans-3, 4', 5-trihydroxystilbene), on leukemia cells (L1210R, P388R), fibroblastic cells LM(tk-)R. When cells are treated with doxorubicin and sublethal concentrations of trans-resveratrol, the cells became sensitive to doxorubicin. We reported here that trans-resveratrol induced doxorubicin accumulation in leukemic cells as well as modulation of mdr1 gene expression. These data suggest that both, immunotherapy and trans-resveratrol have a strong potential to be used in combination with conventional chemotherapeutic drugs to reverse MDR in cancer cells

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.( 124f.)
  • Annexes : Bibliographie f.108-124

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SATHP07201
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.