Rôle des cellules épithéliales bronchiques et des cellules dendritiques dans l'inflammation bronchique chronique

par Gaëtan Deslee

Thèse de doctorat en Médecine. Biologie cellulaire

Sous la direction de François Lebargy.

Soutenue en 2007

à Reims .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Involvement of bronchial epithelial cells and dendritic cells in chronic bronchial inflammation : zeng


  • Résumé

    L’@asthme et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont caractérisés par une inflammation bronchique chronique, impliquant notamment une infiltration cellulaire à prédominance d’éosinophiles et de lymphocytes T CD4+ dans l’asthme, et à prédominance de neutrophiles, macrophages et lymphocytes T CD8+ dans la BPCO. Cependant, les mécanismes d’initiation et de maintien de cette inflammation bronchique chronique au cours de ces pathologies respiratoires ne sont pas complètement élucidés. Les cellules dendritiques pulmonaires et les cellules épithéliales bronchiques constituent des interfaces continuellement exposées à des substances inhalées. La réponse inflammatoire de ces interfaces vis à vis de certaines substances inhalées, telles que des allergènes dans l’asthme allergique ou des pathogènes bactériens dans la BPCO pourrait être impliquée dans la physiopathologie de cette inflammation bronchique chronique. Nous avons démontré que les cellules dendritiques internalisent l’allergène majeur d’acarien, Der p 1, en partie via le récepteur au mannose, et que l’expression du récepteur au mannose et l’internalisation de Der p 1 sont augmentées pour les cellules dendritiques issues de patients ayant une allergie respiratoire avec sensibilisation aux acariens. Ces résultats démontrent l’existence de spécificités fonctionnelles des cellules dendritiques dans l’asthme allergique, pouvant expliquer en partie la susceptibilité de ces patients à développer une réaction allergique après contact avec l’allergène. Nous avons développé un modèle original de culture tri-dimensionnelle d’épithélium bronchique sous la forme de sphéroïdes bronchiques obtenus à partir de brossages bronchiques réalisés chez des fumeurs BPCO et non BPCO. Cette méthode permet de maintenir en culture un épithélium polarisé, bien différencié, non transformé, et comportant des cellules basales, ciliées et sécrétoires, ainsi que des protéines jonctionnelles. Cette technique permet de maintenir les principales caractéristiques morphologiques et fonctionnelles de l’épithélium bronchique in vivo. En utilisant ce modèle, nous avons démontré une réponse inflammatoire différente à une stimulation par le lipopolysaccharide (LPS) de l’épithélium bronchique des patients BPCO, caractérisée par une augmentation de la production d’IL-8 impliquée dans le chimiotactisme et l’activation des neutrophiles. Cette réponse différentielle de l’épithélium à une stimulation par le LPS pourrait être impliquée dans l’initiation et/ou le maintien de l’inflammation bronchique chronique dans la BPCO. Nos résultats suggèrent l’existence de spécificités fonctionnelles des interfaces telles que les cellules dendritiques et les cellules épithéliales bronchiques vis à vis de stimulations inflammatoires, qui pourraient être impliquées dans la physiopathologie de l’inflammation bronchique chronique dans l’asthme et la BPCO

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.( 134f.)
  • Annexes : Bibliographie f.115-134

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SATHM07203
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 7459
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.