La délicate succession d'États face à la reconnaissance internationale

par Alban Audrey Mapithy-Ma Mapithy

Thèse de doctorat en Droit international public

Sous la direction de Françoise Thibaut.


  • Résumé

    L’apparition des nouveaux États sur la scène internationale constitue l’une des questions les plus controversées du droit international public. Ces mutations territoriales se trouvent à la base de la formation des États et sont qualifiées de succession États en raison du processus de substitution de souveraineté d’un État à un autre. Cela affecte également la responsabilité des relations internationales et le statut du territoire. La succession d’États doit donc être distinguée du changement de nom d’un État, du changement de gouvernement, ainsi que du changement de constitution. Ce n’est qu���en cas de mutation territoriale qu’il y aura succession d’Etats. Rien d’étonnant si le territoire, substrat principal de l’État se trouve à la base de cette définition ; car il soulève incontestablement la question de la délimitation spatiale qui constitue l’une des préoccupations majeures de l’Etat successeur ; s’y ajoutent celles de la succession aux droits et obligations internationales, de la succession aux biens et dettes d’État, et celle de l’identification des individus qui composent la population. Il est important de rappeler que la succession d’États ne dispose pas de règles propres universellement acceptées. Les échecs de codification des instruments internationaux dans ce domaine témoignent du caractère supplétif du droit conventionnel. Ce qui signifie que, dans la recherche des solutions, les règles du droit international général soient plus que jamais de première importance. Celles-ci, connaissent certaines difficultés d’application en raison de l’incidence des considérations politiques qui surgissent lorsque, intervient la reconnaissance internationale. Cette dernière est indissociable de la succession d’États, et répond à la fois à des considérations politique et juridique ; car le nouvel État a besoin d’être reconnu par les tiers pour son insertion dans la communauté internationale.

  • Titre traduit

    The succession of the State and international recognition


  • Résumé

    The coming of new states in the international arena makes up one of the most debated questions of public international law. The territorial changes are at the root of the formation of the States and are qualified as succession of States because of the substitution process of sovereignty from on State of another. This also affects the responsibility of international relationships and the status of the territory. On has therefore to stage between the succession of the State and the change of the name of a State, the change of Government as well as the change of the constitution. It is only in the case of territorial change that there will be succession of States. Nothing surprising if the territory, the main substratum of the State is at the root of his definition; for it indisputably raises the question of the space delimitation which makes up on the major concerns of the successor State; in addition to that one has also to take into account the concerns of the succession to international rights and obligations, the concerns of succession to goods and debts of the State and the concern on the identification of the individuals that make up the population. It is important to recall that the State succession does not have its own universally accepted rules. Failures in the codification of international instruments in this field testify the additional nature of conventional law. This means in the search for solutions, the rules of the general international law should more than ever be of paramount importance. These rules are facing some difficulties in their implementation due to the incidence of political considerations which appear when there is an international recognition. This recognition indissociable from the State succession, and corresponds both to the political and legal considerations because the new State needs to be recognised by third parties in order to be inserted in the international community.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (419 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 353-379. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Poitiers. UFR Droit et sciences sociales. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : UFR Droit, Economie et Sciences sociales. Bibliothèque de recherche.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH-PU-MAP
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.