La langue du roi est le français : essai sur la construction juridique d'un principe d'unicité de langue de l'Etat royal, 842-1789

par Agnès Blanc

Thèse de doctorat en Droit

Sous la direction de Albert Lourde.

Soutenue en 2007

à Perpignan .


  • Résumé

    L'existence dans le droit positif d'une relation entre la recherche de son unité politique par l'état et l'instrumentalisation à cette fin d'une langue unique, la langue française, apparaît dans l'histoire des institutions françaises aux temps de la souveraineté royale. L'objet de cette thèse est de retrouver dans l'analyse historique la genèse de cette relation entre l'unicité linguistique et l'unité étatique. Le roman, ancêtre du français, sera d'abord la langue de la Francia occidentalis à la suite des Serments de Strasbourg de 842 et du Traité de Verdun de 843. L'institution d'une unité linguistique est dès lors théoriquement devenue le critère de l'unité de l'état en France. Avec l'émergence de la féodalité et l'émiettement linguistique qu'elle suscita, ce critère d'identité linguistique va évoluer et s'affermir lentement au gré de la reconstitution de la souveraineté royale : au fur et à mesure que l'état se reconstruit et se resserre autour d'un pouvoir unique, l'unité de langue se précise dans le choix de la langue française. La langue française devient alors la langue unique d'expression de la souveraineté royale. L'émergence de l'absolutisme au XVIe siècle va consacrer cette évolution irréversible, marquée par différents jalons : l'ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 imposera le vernaculaire royal dans la communication judiciaire, mettant ainsi un terme à la diglossie qui spécifiait jusqu'alors l'expression souveraine, légiférant en français mais jugeant en latin. C'est ce nouveau principe qui sera mis en œuvre dans les différentes conquêtes : la langue du roi, marque de sa souveraineté, va devenir un des principaux instruments de gestion et d'assimilation des nouveaux territoires.

  • Titre traduit

    The the king’s language is french, 842-1789


  • Résumé

    Having its existence in positive law born of the relationship between the state’s striving for political unity and the instrumentalisation to this end of a single language, the French language’s first appearance in the history of French institutions took place during the period of royal sovereignty. This thesis aims to trace through historical analysis the genesis of this relationship between linguistic unicity and state unity. Roman, the ancestor of modern French, was at first the language of the Francia occidentalis judging from the oaths sworn at Strasbourg in AD 842 and the treaty of Verdun in AD 843. The institution of linguistic unity became henceforth in theory the criteria of the unity of the state in France. With the emergence of the feudal system and the linguistic disparities that in encouraged, this criteria of linguistic identity evolved and gradually imposed itself as royal sovereignty was reconstituted : as the state reconstructed itself and condensed around a sole power, the unity of language became embodied in the choice of the french language. The frech language became henceforth the unique language in which royal sovereignty was expressed. The emergence of the absolutism of the 16th century conscrated this irreversible change and is testified to by different way marks : the ruling of Villers-Cotterêts of 1539 imposed royal vernacular in the communication of the judiciary, putting an end to the dichotomy, characteristic of sovereign utterances, which prevailed thereunto, in which legislation took place in French and judgement in latin. It is this principle, new for the era, which was applied in different conquests : the language of the king, guarantee of his sovereignty, became one of the principal intruments of management and assimilation of new territories.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par l'Harmattan à Paris

La langue du roi est le français : essai sur la construction juridique d'un principe d'unicité de langue de l'État royal (842-1789)


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (660 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 587-631. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Droit et Sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 2007 BLA
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par l'Harmattan à Paris

Informations

  • Sous le titre : La langue du roi est le français : essai sur la construction juridique d'un principe d'unicité de langue de l'État royal (842-1789)
  • Dans la collection : Logiques juridiques
  • Détails : 1 vol. (637 p.)
  • Notes : Autre tirage : 2011.
  • ISBN : 978-2-296-12682-4
  • Annexes : Bibliogr. p. 559-606. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.