Théâtre et histoire : le "teatro del 68" au Mexique et le travail de mémoire

par Sandrine Guyomarch Le Roux

Thèse de doctorat en Espagnol

Sous la direction de Daniel Meyran.

Soutenue en 2007

à Perpignan .


  • Résumé

    Le Mexique a été, en 1968, la scène d’un conflit étudiant d’une violence insolite, qui s’est terminé dans un bain de sang, appelé « massacre de Tlatelolco. » Face à la censure officielle, des intellectuels et artistes mexicains ont assuré la transmission de la mémoire de ces événements. A l’heure où cette histoire alternative demande à être officiellement reconnue, la contribution des dramaturges mexicains à ce travail de mémoire continue, quant à elle, à être ignorée. Le recensement effectué, dans le cadre de ce travail, entre 1968 et 2003, permet pourtant d’établir que la production dramaturgique sur le mouvement étudiant mexicain de 1968 est très vaste. Montées principalement, dans les milieux étudiant et indépendant, ces pièces sont, en outre, une manifestation vivante du travail de mémoire sur 68. L’analyse de l’articulation entre histoire et théâtre met en évidence l’existence de cinq catégories distinctes, au sein de pièces que le dramaturge Felipe Galván a rassemblées sous l’étiquette Teatro del 68. La nature protéiforme de ce phénomène appelle d’autres commentaires, concernant sa cohérence, sa définition générique, et la légitimité de la dénomination « Teatro del 68 ». Une analyse plus précise de trois pièces montre, enfin, que les ressources propres au théâtre pour s’emparer d’un référent historique problématique, lui permet de jouer un rôle essentiel dans la problématique mémorielle actuelle sur 68. Ce travail espère, ainsi, contribuer à faire connaître un phénomène qui demeure absent du panorama du théâtre mexicain contemporain.

  • Titre traduit

    Theatre and history : "the teatro del 68" in Mexico and the memory work


  • Résumé

    Mexico was, in 1968, the scene of a surprisingly violent student conflict, which finished in a repression called “Tlatelolco massacre. ” Some intelectuals and artists tried to transmit the memory of these events, silent by official story. Today, even if this “other” story pretends to get a place in official one, the mexican players’ tribute to this memory remains unknow. Whereas the proportions of the dramatic production on the 1968’s mexican student strike, between 1968 and 2003, is worth to being considered, and its manifestations obviously demonstrate its own way of enriching the work of memory on the events of 68, this production remains completely absent in mexican theatre’s today’s story. The analisis shows that five different articulations between story and theatre are posible in this production called Teatro del 68, by the player Felipe Galván. These different ways of focusing the facts make the question of its definition problematic. A focus on three of the plays enhances the proper hability of theatre to catch a problematic referent, and to enable the memory process to be activated. The purpose of this work is, thus, to make it known and permit its evaluation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (589 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 523-582. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Lettres et Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2007 GUY

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.