Méthylation du mercure par les bactéries anaérobies d'un écosystème estuarien

par Magali Dias

Thèse de doctorat en Microbiologie

Sous la direction de Jean-Claude Salvado.

Soutenue en 2007

à Pau .


  • Résumé

    Dans les estuaires les métaux traces tel que le mercure se retrouvent piégés dans les sédiments en conditions anoxiques. Parmi les communautés bactériennes colonisant ces milieux, certains microorganismes ont la capacité de produire du méthylmercure, fortement toxique pour les êtres vivants. L’objectif de ce travail était de comprendre le rôle des bactéries sulfato-réductrices (BSR) dans la méthylation du mercure au niveau des sédiments de l’estuaire de l’Adour. Des analyses in situ ont révélé un impact du méthylmercure sur les structures des communautés bactériennes d’une station d’étude intertidale (B20). La réalisation d’un mésocosme a permis de suivre l’impact du mercure sur la diversité bactérienne et la production de méthylmercure a pu être quantifiée. La contamination par du mercure inorganique imposait de par sa transformation en méthylmercure une pression de sélection sur les communautés, essentiellement en conditions anoxiques. L’isolement et l’étude de souches de BSR ont montré un lien entre la présence de certaines souches des genres Desulfomicrobium et Desulfovibrio et la méthylation du mercure. Cependant, une étude sur plusieurs souches de BSR, isolées lors de cette étude ou issues de collection, a montré le caractère espèce voire souche spécifique de la méthylation. L’association de techniques moléculaires (T-RFLP, clonage et séquençage) et culturales (isolement et caractérisation de souches bactériennes) a permis de déterminer la composition de la communauté de BSR in situ. Une seconde étude en mésocosme, basée sur l’étude des transcrits de dsrAB, semble indiquer que l’oscillation oxie/anoxie, simulant les cycles de marée, semble avoir une faible influence sur la communauté active de BSR. Au contraire, les ajouts de mercure causent des perturbations temporaires et influencent donc la communauté active de BSR.


  • Résumé

    In estuaries, traces metals such as mercury are trapped in sediments and persist in anoxic conditions. Among the bacterial communities from these ecosystems, some microorganisms produce methylmercury, very toxic for living organisms. The aim of this work was to increase our knowledge about the role of sulphate reducing bacteria (SRB) in mercury methylation in sediments of the Adour estuary. In situ analyses revealed a methylmercury impact on bacterial communities structure in one intertidal sampling station (B20). Mesocosms experiments allowed to measure the impact of mercury on microbial diversity and the methylmercury production could be quantified. The contamination by inorganic mercury imposed, due to its transformation in methylmercury, a selection impact under anoxic conditions. Isolation and studies of SRB strains showed a link between the presence of Desulfomicrobium and Desulfovibrio strains and mercury methylation. However, a study based on several strains of SRB, isolated in this study or from reference culture collection, showed that mercury methylation was species or strains specific. Both molecular (T-RFLP, cloning and sequencing) and cultural approaches (isolation and characterization) allowed determining SRB community composition in situ. A second study in mesocosm based on dsrAB transcripts seemed to indicate that oxic/anoxic oscillations, simulating the cycles of tide, had a weak influence on the active community of SRB. On the contrary, mercury additions caused temporary disturbances and therefore influenced the active SRB community.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (177 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 155-173

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : US 462958
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.